Iris (à gauche) et Aude (à droite), porte-parole d’Ensemble pour la Liberté
MPI – Iris et Aude, vous êtes les porte-parole francophones d’Ensemble pour la Liberté, le collectif qui organise à Bruxelles la manifestation de ce dimanche 9 janvier 2022 contre les mesures liberticides prises sous prétexte sanitaire après avoir déjà organisé celle du 21 novembre qui s’était terminée aux pieds des institutions européennes. Pouvez-vous nous en dire plus sur vous ? Quelles sont vos motivations ?
Iris : Je travaille dans le secteur paramédical. Je ne peux pas comprendre ni admettre l’apartheid sanitaire. Or, aujourd’hui, certains prônent ouvertement de ne plus soigner les non-vaccinés ou de ne plus assurer leur couverture par la sécurité sociale qu’ils ont pourtant financée. Où est passé le serment d’Hippocrate ? Une société qui agirait ainsi aurait perdu toute humanité. Déjà, voir dans les hôpitaux et les maisons de retraite les personnes âgées, les malades et les mourants être privés de la visite de leurs proches, c’était inhumain et cela a précipité la mort de beaucoup de personnes qui ont ensuite été comptabilisées comme mortes du Covid. Cela m’attriste beaucoup.
Aude : Moi, je viens du monde culturel, un secteur directement affecté par les restrictions sanitaires. Mais ce qui m’a fait d’abord réagir, c’est la perte successive de toutes les libertés les plus élémentaires et les contradictions évidentes des autorités depuis le début de l’annonce d’une pandémie. Et puis, comme beaucoup, je n’en peux plus de vivre dans ce contexte anxiogène permanent. Et donc je me pose aussi beaucoup de questions sur la responsabilité des médias qui contribuent à entretenir matin, midi et soir la peur parmi la population.
MPI – Comment devient-on porte-parole d’un tel collectif ?
Aude : Nous n’étions nullement prédestinées à cela. Différentes personnes se sont croisées dans les précédentes manifestations, ont fait connaissance, puis se sont retrouvées en marge des manifestations pour essayer d’étoffer et de structurer le mouvement. Au départ, les organisateurs provenaient plutôt de Flandre. Les porte-parole flamands Sarah et Ezra souhaitaient trouver aussi des porte-parole francophones. Via des relations communes, j’ai été contactée. J’étais plutôt réticente au début puis j’ai accepté parce que ce qui se passe est trop important pour ne pas prendre chacun nos responsabilités.
Iris : C’est la même chose pour moi. J’ai longtemps hésité avant d’accepter. Ce n’est pas mon tempérament de rechercher la lumière des caméras et donc je ne me voyais pas vraiment dans le rôle de porte-parole. Mais il arrive un moment où il faut se jeter à l’eau et faire confiance en la Providence.
MPI – Quel est l’objectif d’une telle manifestation ?
Iris : Déjà, montrer que nous sommes une force et non une minorité craintive. Convaincre ceux qui hésitent, qui s’interrogent, y compris ceux qui ont accepté une ou deux injections et se disent que puisqu’on leur demande maintenant une troisième injection tout en annonçant déjà une quatrième suivie d’un rappel tous les trois ou quatre mois, c’est bien la preuve que ce n’est pas un vaccin et ce n’est pas efficace.
Aude : Oui, et convaincre également les parents de ne pas céder aux appels à faire injecter à leurs enfants un produit dont ils ne peuvent tirer aucun bénéfice mais qui leur fait courir un vrai danger d’effets secondaires graves.
Iris : Les manifestations ne sont pas un but mais un moyen pour tenter d’éveiller les consciences.
MPI – Des détracteurs prétendent que la manifestation aurait trop le soutien de l’extrême droite. Que répondez-vous ?
Aude : C’est une manifestation apolitique. Toutes les personnes qui s’opposent au totalitarisme ambiant sont les bienvenues, quelles que soient leurs convictions politiques ou leurs origines.
Iris : Aujourd’hui, les extrémistes ce sont ceux qui nous dirigent, qui nous imposent l’apartheid sanitaire, qui nous font vivre dans la peur, qui insultent et menacent les non-vaccinés. C’est contre ces extrémistes au Pouvoir qu’il nous faut être unis.
MPI – Selon vous, c’est donc bien le totalitarisme qui se met en place ?
Aude : Cela ne fait aucun doute. L’obsession de tous les gouvernants et “experts” de plateaux de télévisions à contrôler tous nos faits et gestes, y compris dans notre vie privée et familiale, sous un prétexte sanitaire, c’est incontestablement le signe du totalitarisme.
Iris : Absolument. Leur désir n’est pas de nous protéger mais de nous surveiller, de s’introduire dans les moindres détails de notre existence. La naïveté n’est plus permise. Ils ne veulent pas notre Bien, ils veulent notre asservissement.
MPI – Que répondez-vous à ceux qui disent que les scientifiques sont unanimes et que les non-vaccinés sont des idiots qui n’écoutent pas les scientifiques ?
Iris :  C’est encore un mensonge. Les scientifiques ne sont pas unanimes, loin de là. Je suis personnellement très admirative de scientifiques français tels que la généticienne Alexandra Henrion Caude, le Professeur Christian Perronne, le Prix Nobel Luc Montagnier. J’écoute aussi le Dr Yeadon qui est par ailleurs l’ancien vice-président de Pfizer, et le Dr Robert Malone, qui a été l’un des pionniers de la recherche ARN messager. Et en Belgique nous avons aussi le virologiste Geert Vanden Bossche, qui a pourtant autrefois travaillé pour la Fondation Bill et Melinda Gates. Tous ces scientifiques bénéficiaient d’une reconnaissance mondiale avant qu’ils ne s’opposent à la version officielle sur les pseudo-vaccins contre le Covid.
Aude : C’est ce qui démontre qu’on nous manipule et que les médias mainstream nous privent de tout vrai débat. La pensée unique est un autre signe du totalitarisme. A l’inverse, il faut se demander combien de scientifiques invités à la télévision pour nous effrayer ont-ils en réalité des liens avec l’industrie pharmaceutique.
MPI – Et que répondez-vous à ceux qui vous traitent de complotistes ?
Aude : Simplement que tout ce qui était présenté par les médias mainstream comme du complotisme il y a encore seulement six mois est en train de se réaliser aujourd’hui.
Iris : Et que ceux qui croient que Bill Gates et les milliardaires qui dirigent les industries pharmaceutiques qui produisent les prétendus vaccins contre le Covid sont de gentils philanthropes feraient bien de s’intéresser aux précédentes condamnations de Pfizer.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :