« Ne vous laissez pas instrumentaliser« , « ils vont distribuer vos jugements, ils en feront des tracts » avait plaidé l’avocat de la copine de mesdames Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet !

Mais le glaive de la justice a tranché sans hésiter : c’est de la diffamation ! Mme Anne Hidalgo été bien condamnée vendredi à une amende de 500 euros avec sursis pour avoir affirmé que le Front national, fondé en 1972, avait « soutenu » la collaboration avec les nazis.

En outre le tribunal correctionnel de Paris a condamné Mme Hidalgo à verser un euro de dommages et intérêts au FN et 2.000 euros pour les frais de justice.

Voici les faits tels que rapportés par l’AFP :

« Je constate que pour le tribunal, l’honneur et la considération du Front national valent un euro », a réagi avec gourmandise l’avocat de la maire de la capitale, Me Jean-Pierre Mignard. Quid d’un éventuel appel ? Anne Hidalgo « décidera ce qu’il convient de faire », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Nous n’avions pas demandé plus », a fait remarquer le conseil du FN, Me David Dassa Le Deist, dont le client « n’entendait pas battre monnaie sur cette affaire ». Pour lui, « la diffamation très grave » commise à l’encontre du parti a été « justement condamnée ».

Le 24 septembre 2012, alors première adjointe de son prédécesseur à la mairie de Paris Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo déclare sur iTELE: « L’Histoire a du sens, le Front national n’est pas un parti qui s’est constitué dans le cadre républicain, c’est un parti qui a lutté contre la République, qui a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les nazis« .

Le tribunal a considéré qu’il « ne peut être retenu, sans dénaturer la phrase prononcée par Anne Hidalgo, qu’elle n’aurait cherché qu’à rappeler une supposée filiation historique« , comme l’avait plaidé son avocat.

Ce dernier avait produit des pièces visant à montrer « une nostalgie de Jean-Marie Le Pen, ancien président du Front national, pour la collaboration« , « la présence de représentants de la collaboration au sein de ce mouvement » et « la négation des crimes contre l’Humanité dans les discours de ce parti« , rappellent les juges.

– ‘Sans nuance ni réserve’ –

Toutefois, le FN, fondé en 1972, « ne peut factuellement avoir soutenu la politique de collaboration durant la guerre » de 1939-1945. Et « le ton employé » par Mme Hidalgo, « sans nuance ni réserve, ne permet pas de retenir une quelconque prudence dans l’expression« .

Ainsi, a jugé le tribunal, cette « accusation particulièrement grave » a dépassé les « limites admissibles de la liberté d’expression », même dans le cadre d’une polémique politique.

A l’audience le 15 janvier, l’avocat du FN, Me David Dassa Le Deist, avait plaidé qu’il ne s’agissait pas là d’une bévue, mais que c’est à dessein que Mme Hidalgo avait lâché cette « ânerie« : dans un « but politique« , pour « mettre à terre un adversaire » avec un « argument massue« . Notamment auprès de jeunes qui ignoreraient à quelle époque a été fondé le FN.

Dans sa plaidoirie, il avait convoqué résistants du FN et collabos de gauche.

Le conseil de la maire de la capitale, Me Jean-Pierre Mignard, avait inscrit le FN dans la lignée de la « famille nationaliste ou même néofasciste ».

Devant les juges, il avait énuméré les fondateurs du FN, « collaborateurs notoires, d’un antisémitisme débridé », et rappelé certaines déclarations de Jean-Marie Le Pen, qui n’a « jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître » et a soutenu que « l’occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine ».

C’est vraiment le monde à l’envers : voilà maintenant que même les juges ne sont plus tous manipulés par la bienpensance ! Horreur et damnation, encore un coup de la droitisation zémourienne des esprits !

Nul doute que ce jugement fera plus plaisir à la petite Marion qu’au petit Philippot…

Christian LASSALE

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :