On sait le Canada de Trudeau très en phase avec l’idéologie du genre. La révolution arc-en-ciel y est fait la loi au sens figuré comme au sens propre. Robert Hoogland, père d’un mineur canadien qui s’oppose aux thérapies de transition sexuelle de sa fille (pour paraître un homme), a été condamné à 6 mois de prison et à une amende de 30 000 $ après deux ans de combats. Sa faute ? Aimer sa fille, la considérer comme une fille et ne pas garder le silence sur les expériences chimiques auxquelles elle est soumise. Un père condamné parce qu’il veut être père jusqu’au bout.

En mars dernier, MPI vous faisait part de l’histoire de ce père de famille qui risquait la prison pour s’être opposé au changement de sexe de sa fille de 14 ans. Rob Hoogland avait décidé de ne pas signer le « consentement éclairé » pour que sa fille de 14 ans subisse un traitement de changement de sexe, qui comprend, entre autres procédures, l’administration de bloqueurs de puberté.

L’affaire dramatique a commencé en février 2019, la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver, au Canada, avait ordonné que la fille de Hoogland commence à recevoir des injections de testostérone à l’âge de 14 ans, indépendamment du consentement des parents. Le tribunal avait également statué que si l’un des parents de la fille l’appelait « comme une fille ou avec des pronoms féminins », ce parent serait reconnu coupable de violence familiale. Déjà le même jour, le père de la fille, Robert Hoogland, avait déclaré qu’il refusait d’obéir à la demande simplement « parce que », a-t-il protesté, sa fille « est une fille. Son ADN ne changera pas à travers toutes ces expériences qu’ils sont en train de faire ». Par conséquent, l’homme n’avait pas gardé le silence.

En janvier 2020, son appel ayant été rejeté, ce père désespéré avait donc commencé à accorder des entretiens dans lesquels il critiquait les médecins impliqués dans la prescription d’hormones mâles à sa fille, précisant que « si dans 5 ou 10 ans ma fille venait à me demander ‘’pourquoi aucun de vous n’a rien fait pour tout arrêter?‘’, je lui dirai que j’ai fait tout ce que j’ai pu et, même quand il n’y avait rien d’autre à faire, j’ai continué pour les autres parents. »

En mars 2021, Hoogland avait été arrêté sur ordre de la Cour suprême de la Colombie-Britannique pour s’être prononcé contre les injections de testostérone ordonnées par le tribunal pour sa fille adolescente. Il s’était vu refuser la libération sous caution et le juge Michael Tammen avait ordonné d’emprisonner le père de famille jusqu’au procès du 12 avril 2021, puis à cette même date, il avait été libéré avec l’ordre de ne pas parler en privé ou publiquement de l’affaire.

Ces derniers jours, la condamnation définitive est tombée : le 17 avril, Robert Hoogland a été condamné à 6 mois de prison et à une amende de 30 000 dollars.

Robert Hoogland représente un premier cas de « prisonnier d’opinion » en raison de son opposition à l’idéologie du genre ! La Gaystapo a frappé… et frappé violemment.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :