Ligue du Sud

Les élections départementales ont apporté leur lot de déceptions mais aussi de satisfactions. Ainsi lorsque les élus locaux font bien leur travail, les électeurs les plébiscitent comme c’est le cas de façon remarquable dans les communes FN. Ainsi en est-il à Béziers où les trois cantons ont été gagnés à une forte majorité par les candidats FN; deux cantons à plus de 54% des voix et l’autre avec prés de 60% des voix. A Fréjus où le maire David Rachline a été élu au premier tour des départementales, dans le Pas-de-Calais, etc. Mais le FN n’est pas le sujet de cette analyse.

La Ligue du Sud

C’est également le cas dans le Vaucluse avec la Ligue du Sud qui aux dernières élections municipales a confortablement conservé ses deux mairies d’Orange et de Bollène, mais a pris en plus deux autres mairies dans le Vaucluse, celle de Camaret-sur-Aigues (5000 habitants) avec l’élection de Philippe  de Beauregard et celle de Piollenc (+ de 5000 habitants) avec Louis Driey. La commune de Piollenc est incluse dans le canton d’Orange.

La Ligue du Sud a été fondée par Jacques Bompard avec plusieurs anciens membres du FN. Le mouvement a été lancé à l’occasion des élections régionales en 2010 par le maire d’Orange. Il s’est implanté en Provence-Alpes-Côte d’Azur avec des conseillers régionaux, et en particulier dans la partie nord du Vaucluse, mais aussi dans le Languedoc-Roussillon où il multiplie les manifestations et les actions. Parmi les thématiques principales de ce parti: la sécurité, le combat contre la mondialisation, la revendication du patriotisme et la défense de la famille et des valeurs chrétiennes. Marie-Claude Bompard a refusé de célébrer des mariages gays et Jacques Bompard en a fait de même comme maire, mais en plus comme député il a proposé une clause de conscience pour les maires en cas de demandes de mariages homosexuels. 

Les deux maires ont du accepter contre leur gré que certains de leurs adjoints procèdent aux mariages gays, afin d’éviter 5 ans de prison et de fortes amendes et l’impossibilité de se représenter aux élections, ce qui en dit long sur la volonté LGBT de ce pouvoir et sur le mépris de la conscience chrétienne.

Les Départementales

Orange: Jacques Bompard

A l’occasion des Départementales, la Ligue du Sud a encore conforté son implantation dans le département. Jacques Bompard, co-fondateur du FN en 1972, conseiller régional depuis 1986, maire d’Orange (+ de 30 000 habitants), sans cesse réélu depuis 1995 en dépit du départ de la Légion Etrangère. Le pouvoir espérait se débarrasser du Maire passé du FN à la Ligue du Sud, en retirant les légionnaires de la ville. Cela n’a rien changé, Jacques Bompard est toujours Maire plébiscité d’Orange, puisqu’après avoir été élu plusieurs fois conseiller général, il a été élu député à la Chambre nationale avec prés de 60% des voix, et a donc du renoncer à son poste de conseiller général. C’est donc son fils Yann qui a pris le relais sans problème, le fils inspirant la confiance gagnée par son père. Bien que de façon regrettable le FN ait présenté des candidats contre la Ligue du Sud dans tout le département, le binôme vainqueur des premières élections départementales pour le canton d’Orange est Yann Bompard et Marie-Thérèse Galmard. 

Bollène: Marie-Claude Bompard

Il en est de même à Bollène, ville de 15 000 habitants au nord du département qui a été sinistrée par des gestions successives PC puis PS, aux politiques imigrationistes. L’épouse de Jacques Bompard, Marie-Claude Bompard qui est conseillère régionale depuis 2002 et conseillère municipale de Bollène depuis 2001,  a remporté la mairie en 2008. Les Bollénois, satisfaits de sa gestion, lui ont renouvelé leur confiance non seulement aux dernières élections municipales, mais l’ont également élue conseillère générale. Aux départementale de mars 2015, le binôme  Marie-Claude BOMPARD et  Xavier FRULEUX a été   élu avec  58% des voix  face à la gauche, alors que le candidat FN qui pouvait se maintenir en triangulaire s’était retiré sans espoir de pouvoir gagner. Marie-Claude  et Jacques Bompard sont parents d’une nombreuse famille.

Camaret-sur-Aigues: Philippe de Beauregard

Philippe de Beauregard, autre élu de la Ligue du Sud, récent maire de Camaret-sur-Aigues, a fait ses premières armes à la tête de la direction des affaires juridiques de la mairie d’Orange. Il s’est présenté en binôme dans le canton de Vaison-la-Romaine  avec Mme Lorraine MICOUD, au second tour ils ont été battu honorablement avec 33% des voix, dans une triangulaires, mais dans sa ville de Camaret, le binôme a obtenu plus de 54% des voix au second tour, ce qui est là encore un plébiscite, la gauche n’avait pas trouvé de meilleur argument contre lui que de l’accuser d’être un catholique intégriste.

La stratégie de la Ligue du Sud

La méthode de la Ligue du Sud qui consiste a favoriser des candidats implantés localement en travaillant sans relâche le même terrain, semble donc donner de bons fruits. Yann Bompard explique: «Nous travaillons sur une forte implantation locale, nous ne sommes pas les ambassadeurs de partis parisiens. Le fonctionnement un peu dictatorial de ces grands partis doit cesser»«C’est la raison d’être de la Ligue du Sud: casser l’idée que tous les politiques d’un parti roulent pour le même poids lourd médiatique et réaliser l’union de toutes les droites. Car c’est l’une des principales demandes qui remontent du terrain», insiste le nouveau conseiller départemental. “Les autres candidats de la Ligue du Sud ont tous doublé leur score des cantonales de 2011». Il ajoute: “Nous rêvons de faire l’union de toutes les droites’ (Ligue du Sud, FN, UMP et centre) comme ce fut fait dans les années 90 [avec Charles Millon NDLR]. Dans le Vaucluse, nous aurions pu marcher main dans la main par exemple. Nous demandons juste qu’on nous laisse travailler là où nous sommes bien implantés, et que l’on s’attaque à la gauche au lieu de se perdre en luttes fratricides». Jacques Bompard a annoncé dès l’entre-deux-tour sa volonté de voter avec la droite et le FN pour désigner un président de département qui fasse consensus contre la gauche. Stratégie qui n’a pas pour le moment fait son effet puisque dans le Vaucluse comme dans l’Hérault, le Gard, et ailleurs, la Droite a préféré s’en tenir localement aux consignes nationales et opter pour l’UMPS ainsi qu’elle ne cesse de le faire depuis des lustres.

Vers une alliance des droites nationales

On n’en reste pas moins étonné que le Front national qui cherche des alliances même auprès de certains représentants LGBT, n’ait pas saisi l’occasion de s’allier pour ces élections avec la Ligue du Sud si bien implantée dans le Vaucluse, alors qu’il avait soutenu les Bompard à l’occasion de précédentes élections. Que s’est-il donc passé pour les départementales? Marion Maréchal-Le Pen a-t-elle été prise de mégalomanie ? Le Vaucluse a donné deux députés d’extrême droite au Parlement national, l’un du FN: Marion Maréchal-Le Pen, et un de la Ligue du Sud: Jacques Bompard. Une saine alliance des identitaires avec le Front National aurait éviter à Marion Maréchal-Le Pen le camouflet qu’elle a subi dimanche soir de la part de la Ligue du Sud, elle qui prétendait  que “la Ligue du Sud et les Bompard n’étaient qu’une « écharde» dans le pied du FN et qui faisait de leur défaite aux élections cantonales une mission personnelle”… Sans doute une erreur d’appréciation due à la fougue de la jeunesse?

Communiqué du 29 mars de la Ligue du Sud 

La Ligue du Sud, dans un communiqué du 29 mars, déclarait suite aux résultats des élections départementales 2015 pour le canton d’Orange:

“Il est regrettable que le Front National se soit posé en adversaire dans cette élection, et le résultat prouve que les moyens considérables que ce dernier a mis à disposition auraient surement été plus utiles ailleurs. Yann Bompard et Marie-Thérèse Galmard sont les vainqueurs du rassemblement de la droite nationale, les électeurs ont voté. Enfin, et toujours sur la ligne que tient la méthode Bompard, nous proposons dans les perspectives qui s’offrent à nous une union des droites.” 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :