En pleine crise russo-ukrainienne, qui n’est autre que la partie émergée d’un plus vaste conflit, celui qui oppose la Russie à l’OTAN et à son vassal l’Union Européenne, deux visions du monde, celle ultra-progressiste promue par le camp des Etats-Unis, et celle culturellement plus traditionnelle soutenue par Poutine, des axes de puissances économiques, l’Eurasie d’un côté, les Atlantistes de l’autre, la journaliste Rachel Marsden, qui anime une émission sur Sputnik France, a publié un éditorial paru sur l’autre média russe Russia Today le 28 février dernier, dans lequel elle s’interroge sur le Forum Economique mondial (FEM) et ses implications dans les gouvernements occidentaux. En sous-titre, elle écrit :

« Beaucoup plus de lumière doit être faite sur l’agenda du Forum économique mondial et ses tireurs de ficelles ».

Le nombre d’agents du Forum Economique Mondial, appelé communément Davos, implantés dans des postes importants dans les divers gouvernements du monde entier reflète cette volonté de l’élite internationale qui se réunit annuellement à Davos autour de Klaus Schwab d’infiltrer et de diriger les politiques nationales. Pour bâtir ce Nouvel Ordre Mondial. Rachel Marsden énumère, dans son éditorial, les preuves de cette collusion entre les politiques au pouvoir et le FEM, collusion que Schwab lui-même a vanté devant un auditoire de la John F. Kennedy School of Government de l’Université Harvard :

« Ce dont nous sommes très fiers, c’est de la jeune génération, comme le premier ministre Trudeau… Nous pénétrons dans les cabinets. »

Trudeau dont l’actuelle ministre des Finances et vice-première ministre canadienne, Chrystia Freeland, siège au conseil d’administration du FEM, aux côtés de l’ancien gouverneur de la Banque du Canada et de la Banque d’Angleterre, Mark Carney. Cette même Freeland qui n’a pas hésité à geler les avoirs des camionneurs canadiens participant au Freedom Convoy.

Le choix de Rachel Marsden de traiter le sujet de l’infiltration des gouvernements par des agents du FEM n’est pas anodin ou indifférent à la guerre d’invasion diront certains, de libération diront d’autres, qui se déroule en Ukraine. L’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial qui serait encore et toujours dominé par le camp progressiste en est une des causes, un NOM auquel s’oppose la Russie de Poutine tant pour des raisons de sécurité militaire, de puissance économique, de bipolarité mondiale que de détestation de la non-civilisation arc-en-ciel promue par les Atlantistes.

Les Etats-Unis ont avoué que cette guerre pourrait être déterminante pour la gouvernance d’un nouvel ordre mondial. Jeudi dernier, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré :

« La Russie et la République Populaire de Chine veulent aussi un ordre mondial. Mais c’est un ordre qui est et serait profondément illibéral. … C’est un ordre qui est, à bien des égards, destructeur plutôt qu’additif ».

Or, en déclarant que la Russie et la Chine « veulent également un ordre mondial », Price admettait tacitement que les États-Unis et d’autres nations occidentales veulent avoir leur propre « ordre mondial ». Ses propos laissent entendre que ce que nous voyons est une bataille pour savoir qui dirigera finalement « l’ordre mondial ».

Price a en outre utilisé le terme « profondément illibéral » pour décrire un « ordre mondial » dirigé par la Russie et la Chine, et cela suggère qu’un « ordre mondial » dirigé par les États-Unis et d’autres nations occidentales serait « libéral ».

Si vous recherchez sur Google l’expression « ordre mondial libéral », vous constaterez qu’elle est utilisée par les élitistes depuis de nombreuses années. Mais ce mot « libéral » est trompeur car si dans pratiquement tous les pays occidentaux aujourd’hui, même les partis politiques censés être « conservateurs » sont extrêmement libéraux sur le plan moral, la crise du covid a été une démonstration éclatante qu’ils tendent vers un contrôle social et absolu de leurs citoyens, par l’instauration de mesures extrêmement liberticides, le tout étant un avant-goût d’un totalitarisme étatique digne du communisme passé. Faut-il rappeler qu’un des slogans de Davos est :

« Vous ne possèderez rien mais vous serez heureux » !

Et faut-il rappeler aussi que les gouvernements qui ont instauré la pire tyrannie sanitaire covidienne ont à leur tête des créatures de Schwab, ces Young Global Leader, politiciens aux dents longues et mondialistes assumés ?

Les Etats-Unis le savent bien : la guerre en Ukraine a pour fondement non point la maîtrise absolue d’un Nouvel Ordre Mondial par la Russie, comme ils veulent le faire croire au monde, mais par l’arrêt de l’expansion de l’OTAN à l’Est, aux frontières russes, de cet OTAN qui est le fer de lance de l’impérialisme états-unien sur le monde, et de l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial dont il serait le maitre, la fin d’ « mondialisme ‘occidento-centré’ » autour des Etats-Unis.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :