A l’heure où nous publions ces lignes, ni Cassandre Fristot ni ses avocats n’ont encore reçu copie du jugement rendu ce 20 octobre. Or, les médias ont annoncé dès le début d’après-midi que le tribunal correctionnel de Metz a condamné ce mercredi Cassandre Fristot à six mois de prison avec sursis pour « provocation à la haine raciale ». Le tribunal correctionnel aurait considéré – nous utilisons le conditionnel puisque Cassandre n’a pas encore copie du jugement –  que la pancarte rédigée et portée lors d’une manifestation contre la dictature sanitaire le 7 août à Metz était antisémite.

On se souviendra que l’ambassade  d’Israël avait rapidement réagi à la publication de la photo de la pancarte en question, déclenchant une cascade de réactions hystériques allant de Manuel Valls à Gérald Darmanin.

Le jugement est d’autant plus sévère qu’il est plus lourd que ce que demandait le procureur. On se rappellera pourtant bien d’autres situations autrement plus graves, comme le cas du rappeur Nick Conrad qui avait appelé à tuer des bébés blancs et qui avait néanmoins obtenu la relaxe.

A cette heure, Cassandre Fristot, contactée par téléphone, n’a pris encore aucune décision quant à un appel, même si ses avocats y sont plutôt favorables. Nous publierons très bientôt sa réaction détaillée.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

16 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :