Norbert Hofer, lors d'un meeting à Vienne, le 20 mai 2016.

Si Norbert Hofer n’est pas encore proclamé président de l’Autriche, en tout état de cause il a déjà remporté une victoire par son recours contre l’élection frauduleuse d’Alexander Van der Bellen. 

Suite au recours déposé par Norbert Hofer contre le résultat des élections présidentielles en Autriche en mai 2016, la Cour constitutionnelle autrichienne a annoncé vendredi l’invalidation du scrutin. Pour rappel, alors que les votes directs avaient donné une confortable majorité à Norbert Hofer, les votes par procuration, curieusement, avaient inversé le résultat donnant la présidence au candidat écologiste, Alexander Van der Bellen, immigrationniste et sous-marin des partis traditionnels battus dés le premier tour. Ceci alors que le Candidat identitaire du FPÖ avait fait campagne contre la politique d’immigration de l’UE insufflée par Angela Merkel. Les sondages donnaient le candidat souverainiste régulièrement gagnant.

La cour constitutionnelle autrichienne reconnaît ainsi de si nombreuses « irrégularités » dans le dépouillement de certains suffrages, qu’elle a décidé que de nouvelles élections devaient avoir lieu, sans toutefois inverser le scrutin, ce qui aurait été concevable. De la sorte les partis du système obtentiennent une nouvelle chance de l’emporter, mais M. Hofer pourrait cette fois-ci créer encore une nouvelle surprise en augmentant son score dans la foulée du Brexit. 

Exit Van der Bellen qui avait obtenu un faux 50,3% des voix, alors qu’il aurait du prendre ses fonctions présidentielles le 8 juillet. Cette décision d’invalidation des présidentielles est sans précédent dans le pays. Les nouvelles élections devraient se tenir à l’automne. Le FPÖ détient déjà deux des neuf länder autrichiens.

En attendant le verdict des prochaines élections, l’intérim à la tête de l’État sera assuré collégialement par la présidente et les deux vice-présidents du Conseil national qui n’est autre que la chambre basse du Parlement, parmi lesquels figure Norbert Hofer

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :