A contre-courant du discours pseudo-écolo anxiogène qui promet la disparition de la terre si les hommes continuent à avoir des enfants, et de la déconstruction de la société traditionnelle, la Hongrie de Viktor Orban promet une somme rondelette aux couples mariés qui auraient plus de trois enfants. Une manière de lutter contre le déclin démographique et la décadence morale contemporaine en revalorisant la famille naturelle.

Cette mesure familiale doit aider le pays à relancer sa natalité : dès début juillet a donc été mis en place un programme mettant à disposition des couples mariés un prêt de 10 millions de florins (environ 30 590 euros) qu’ils n’auront pas à rembourser s’ils font plus de trois enfants. Cette somme pourra être utilisée pour tous les types de dépenses.

D’après le Trésor public hongrois, 2 400 familles ont déjà demandé à bénéficier de ce prêt entre le 1er et le 15 juillet alors que 14 000 familles ont, elles, sollicité un des éléments du programme. Ce plan d’action fait partie de la politique annoncée par Viktor Orban, lors de son discours sur l’état de la nation en février dernier, qui prévoit de consacrer 4,8% du PIB à des programmes de soutien à la famille et d’encouragement à la procréation.

Pour bénéficier de cette aide les couples doivent cependant correspondre à certains critères : être mariés (dont au moins l’un des deux conjoints pour la première fois), la femme doit avoir entre 18 et 40 ans et l’un des deux doit avoir payé des cotisations sociales en Hongrie au moins 180 jours sur les trois dernières années. Si le couple met au monde un bambin dans une période de cinq ans, les intérêts de leur prêt seront suspendus à vie et leurs mensualités interrompues pendant trois ans. La naissance d’un deuxième chérubin leur laissera une autre pause de trois ans. Au troisième nourrisson, le capital restant dû est effacé. L’adoption fonctionne également.

«Les gens voudraient que le Hongrie reste un pays hongrois et favorise la vie de famille», a expliqué, auprès d’Euronews, le bureau de la communication internationale du gouvernement hongrois. Le taux de fécondité moyen dans l’UE s’établit à 1,59 enfants par femme alors qu’il n’est que de 1,49 en Hongrie. Enfin, le pays a perdu presque un million d’habitants en moins de 40 ans, passant de 10,7 millions d’âmes au début des années 1980 à 9,8 millions en 2018.

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. balaninu says:

    Il est temps que les nations dignes de ce nom se réveillent ! tant mieux si en HONGRIE, au moins là il y a une forte envie de faire fleurir des enfants. Il fût un temps où les allocations familiales furent aussi chez nous en France un tremplin pour faire refleurir le sein des femmes. Aujourd’hui, tout est fait pour le défleurir si ce n’est que pour fleurir des tombes…. et même pas, puisqu’ils fleurissent plutôt le Ciel !Mais attention au cri de Dieu qui dira : CELA SUFFIT !

  2. daflon says:

    Encore une fois bravo à Victor Orban. Mais, bien sur, cet argent ne doit aller qu’aux vrais Hongrois. En France, c’est le contraîre: On donne l’argent aux bouquaques.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !