Ceux qui voyaient la Hongrie comme un solide bastion contre le Nouvel Ordre Mondial vont devoir déchanter.

La chaîne de télévision publique hongroise M1 a annoncé le 10 mars que le passeport vaccinal, loin d’être un « délire complotiste »,  vient de faire son apparition en Hongrie sous la forme d’une carte plastifiée de la taille d’une carte de crédit, avec QR code, dont les premiers exemplaires vont être envoyés par la poste aux personnes considérées comme immunisées contre le coronavirus, conformément à une décision du gouvernement hongrois prise en février dernier.

Ce passeport vaccinal est bilingue, hongrois et anglais ; ce qui signifie qu’il a vocation à être utilisé à l’étranger. Il stipule les nom et prénoms, date de naissance, numéro de passeport et de carte d’identité, la date de la vaccination, un numéro propre et un QR code.

Des personnes peuvent aussi recevoir ce passeport vaccinal suite à une infection « prouvée » par le Covid, avec, dans ce cas, une date de validité (les autorités hongroises expliquant que la protection offerte par les anticorps n’est que temporaire).

Ce passeport vaccinal doit permettre notamment d’être dispensé de quarantaine lors des voyages.

En réalité, trois catégories de personnes peuvent l’obtenir.

  • Les personnes vaccinées, dont le passeport vaccinal sera valable sans date d’expiration.
  • Les personnes ayant eu le Covid, dont la carte ne sera valable que six mois.
  • Les personnes souhaitant la carte et pouvant prouver, par des résultats de dépistage, avoir été porteurs du virus, devront s’acquitter d’une taxe de 3 000 forints (9 euros) et fournir un test antigénique (à leur frais) prouvant qu’ils ont des anticorps. Leur carte ne sera valable que quatre mois.

Le gouvernement hongrois a par ailleurs organisé une consultation nationale lancée en février (mais sans qu’on sache quand elle se termine) qui doit déterminer quels doivent être les privilèges accordés au détenteurs de ces  « certificats d’immunité ». 

Hasard du calendrier ? Hier, jeudi 11 mars 2021, au lendemain de cette annonce par les médias hongrois, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré à Jérusalem les dirigeants de la République tchèque et de la Hongrie pour discuter COVID-19, vaccins et «passeports verts» pour permettre aux personnes vaccinées de voyager entre les pays.

Netanyahu a affirmé qu’il voulait «impliquer à la fois la République tchèque et la Hongrie dans l’usine internationale que nous voulons construire ici en Israël pour la production des vaccins du futur». De quoi faire comprendre que l’objectif est bien de nous injecter sans cesse de nouveaux vaccins et donc de nous faire vivre dans une peur permanente de nouvelles pandémies.

La semaine dernière, Israël a également annoncé un fonds de recherche et de développement  avec l’Autriche et le Danemark pour développer et produire des vaccins contre les coronavirus de la future génération. Et mardi, Israël et le Brésil ont convenu de créer une équipe conjointe pour rechercher, développer et produire des vaccins anti-COVID-19 lors d’une réunion entre de hauts responsables à Jérusalem.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :