Ceux qui votent Rassemblement National en espérant notamment une meilleure gestion des deniers publics en seront pour leurs frais. Louis Aliot, tout frais maire de Perpignan, n’a pas bien compris le message des Gilets Jaunes ni la détresse économique des habitants de la ville qui l’a élu. Il a donc décidé, en toute tranquillité, d’améliorer d’abord son propre sort : 17 % d’augmentation du traitement de M. le Maire. 

Le second tour des élections municipales, le 28 juin dernier, n’a guère été favorable au Rassemblement National. Notons qu’au premier tour de ces élections municipales 2020, le RN n’était parvenu à présenter que 400 listes, contre 600 en 2014. Au final, le RN perd près de la moitié de ses élus municipaux : un peu plus de 800 en 2020 contre environ 1.500 en 2014.

C’est l’apparent paradoxe. Le RN caracole parmi le duo de tête dans les sondages pour les prochaines élections présidentielles. Et, selon un scénario connu, c’est la meilleure façon pour son concurrent d’être élu pour faire barrage à Marine Le Pen. Mais, pour le reste, le RN peine toujours à s’implanter localement. Il faut dire que les militants qui font le boulot ingrat sur le terrain local sont rarement récompensés. Dès que l’affaire tourne et que des mandats financièrement intéressants peuvent être envisagés à la clé d’une échéance électorale, la direction du parti parachute un petit copain qui tente de rafler la mise.

Au final, à ce jeu-là, le RN n’a pu emporter que deux nouvelles mairies, Perpignan et Moissac, dans les deux cas sur des listes sans l’étiquette du parti. Mais il faut constater ici encore des méthodes peu reluisantes.

Ainsi, lors de son tout premier conseil municipal, le 10 juillet 2020, Louis Aliot, tout nouveau maire de Perpignan, s’est accordé une augmentation de 17 % de son indemnité de maire.

Louis Aliot ne manque pas de culot. En février 2016, lorsqu’il siégeait dans l’opposition, il avait lancé une pétition avec pour mot d’ordre “Scandale à Perpignan, les élus de la majorité augmentent leurs indemnités.”

Dans la ville la plus pauvre de France, dans celle qui a le plus de précarité, où le chômage augmente, où l’insécurité augmente, où on aurait des besoins de moyens au service de la population, le maire, lui, augmente les indemnités de certains de ses élus. Alors, soit il ne comprend pas tout ce qui arrive autour de lui à Perpignan, soit il se moque du monde. C’est une faute politique grave.”, avait alors déclaré Louis Aliot devant les caméras.

On ne peut que le prendre au mot. Louis Aliot se moque du monde et commet une faute politique grave.

Louis Aliot démontre ainsi qu’il ne sert hélas à rien de voter Rassemblement National puisqu’une fois en place le RN adopte les comportements scandaleux qu’il dénonçait autrefois.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires