Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi pour dire « stop » aux ‘féminicides’, ce “continuum de violences systémiques” organisé par les hommes contre les femmes, ce “machisme qui tue”, ce reliquat de l’oppression patriarcale… Les organisateurs saluent « la plus grande marche de l’histoire de France » contre les violences sexistes et sexuelles. Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, évoque dans les journaux mainstream son Grenelle des violences conjugales, cette parole de novlangue ‘féminicide’ est sur toutes les lèvres et toutes les bouches de la bien-pensance s’en repaissent, et la vraie violence faite aux femmes qui émerge aujourd’hui dans idyllique société du « vivre-ensemble » n’est pas condamnée…

Pour nouvelle preuve : la cour d’assises du Val-d’Oise rejugeait pour le viol collectif d’une adolescente commis à Antony en 2011 sept jeunes hommes en appel, après un acquittement collectif controversé en première instance. L’un d’eux est acquitté, six d’entre-eux condamnés à de la prison de quatre à cinq ans… avec sursis !

Francesca de Villasmundo

   

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires