L’Albanie s’est vu octroyer officiellement le statut de pays candidat. Les 28 États membres, réunis au niveau ministériel au sein du Conseil des Affaires générales (CAG) à Luxembourg, ont approuvé cette proposition de la Commission, qui récompense les progrès accomplis par le pays pour se rapprocher des normes politiques et économiques de l’Union. L’exécutif européen entend continuer d’utiliser la perspective d’adhésion comme un levier pour encourager les réformes démocratiques et judiciaires. « L’Albanie doit se concentrer sur ses priorités, notamment la réforme administrative et judiciaire, la lutte contre la corruption et le crime organisé, ainsi que les droits fondamentaux », insiste-t-il dans un communiqué. Le statut de pays candidat offrira à l’Albanie la possibilité de participer à une série de réunions politiques européennes, tout en continuant de bénéficier de fonds pré-adhésions. Il devrait encourager les investissements étrangers dans le pays. La prochaine étape pour Tirana sera d’obtenir le feu vert au lancement de négociations d’adhésions proprement dites. Celles-ci peuvent durer plusieurs années.

Il s’agit d’un pas supplémentaire dans la déchristianisation de l’Europe.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :