« Nos forces ont pris le contrôle de Dinsor, et les insurgés ont fui après avoir perdu la bataille […] les soldats mènent en ce moment une opération pour sécuriser la ville », a déclaré le ministre de la Défense, le général Abdulkadir Sheikh Ali Dini à l’AFP.

Des témoins ont confirmé la prise de Dinsor par des soldats somaliens appuyés par un contingent éthiopien de l’Amisom. Ils ont de leur côté affirmé que les Shebab avaient fui avant même l’arrivée des troupes pro-gouvernementales.

Mercredi, la localité de Bardhere avait été prise par la force armée. Ces deux bastions, situés à quelque 350 km à l’ouest de la capitale Mogadiscio, figuraient parmi les derniers tenus par les islamistes. La chute de Dinsor est la seconde victoire de l’Amisom, depuis le lancement d’une vaste offensive nommée « Jubba Corridor », le 19 juillet dernier, impliquant des forces éthiopiennes et kényanes et visant à déloger les Shebab des zones rurales du sud du pays.

Cette opération a déjà fait de nombreuses victimes civiles, prises au milieu des combats, selon des témoins.

Les Shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011 et depuis, presque de la totalité de leurs bastions du sud et du centre du pays. Ils continuent cependant d’occuper de larges zones rurales.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :