La Congrégation vaticane pour l’Éducation catholique vient de publier, le lundi 10 juin, un document intitulé Il les créa homme et femme. Pour un chemin de dialogue sur la question du genre dans l’éducation.

Si, dans ce texte, est précisée de manière ferme la complémentarité homme-femme et condamnée l’idéologie gender comme erronée, injuste et source de souffrances, les rédacteurs du Vatican proposent pareillement, ingénument, stupidement, ou subversivement, Dieu le sait, d’instaurer un « dialogue » avec « les études de genre », qui est l’expression même avec laquelle cette idéologie contre-nature se présente pour entrer dans les écoles. L’usage même par les instances vaticanes de ce mot de « genre » tout droit sorti de la novlangue sexuellement correcte dominante, révèle leur soumission déjà bien avancée au bouleversement de la pensée, des mœurs et de la société post-moderne, mené par des lobbies arc-en-ciel et transhumanistes puissants.

Le document remet en avant le concept, souvent oublié dans la théologie et la pastorale post-conciles, de « l’ordre de la nature », et réaffirme « qu’il est nécessaire de confirmer la racine métaphysique de la différence sexuelle ».

La Congrégation reconnaît par ailleurs que l’idéologie gender est destructrice de « l’écologie de l’homme » en tant que négatrice de l’unité âme et corps et de l’ouverture à Dieu : à la vision de la personne créée par Dieu est substituée une vision abstraite de la personne qui choisit qui elle veut être, sans aucune référence autre que son ressenti et son désir.

Mais à côté de ses rappels de bon sens, que des non-catholiques peuvent tenir, et donc tout compte fait inévitables pour une congrégation vaticane engagée dans l’éducation, l’ouverture à travers le dialogue est amorcée envers cette même idéologie condamnée : les rédacteurs affirment que le dialogue dont ils parlent ne regardent pas l’idéologie gender mais les études de genre entendues « comme les recherches sur le gender qui essayent d‘approfondir adéquatement la manière dont on vit dans les diverses cultures la diversité entre homme et femme ». L’hypothèse de cette distinction est plus qu’ingénue, parfaitement hypocrite. L’idéologie gender soutient en effet, et ouvertement, que dans la culture actuelle la diversité entre homme et femme se vit justement selon l’idéologie gender. Quand cette dernière prétend entrer dans les écoles, elle le fait en se présentant comme étude de genre, travestissement rendu facile par l’usage comme paravent d’un même vocabulaire : genre ! De plus ces études sur le genre incluent des études sur les expériences d’homosexuels, de lesbiennes, de bisexuels, de transgenres et de tous ceux qui se considèrent « queer » ou gender-fluide », etc.

Ensuite, si la Congrégation déclare que le dialogue est possible seulement dans le cas des études de genre et non avec l’idéologie de genre (n°6), tout le long du document elle propose cependant des éléments de dialogue avec l’idéologie gender elle-même, ce qui revient à reconnaître comme crédible l’évangile gender. Au reste, l’idée même de dialogue exclut par elle-même l’annonce de la Vérité catholique. Ce concept de dialogue profondément ancré dans la mentalité conciliaire, source de bien des relativismes doctrinaux et moraux de l’Église post-Concile, professe que c’est par le dialogue que se construit la vérité ou, en reprenant la définition d’un syndicaliste notoire, que « dialoguer c’est reconnaître que personne ne déteint la vérité ; dialoguer, c’est permettre de faire jaillir la lumière à partir de la confrontation des idées, c’est vouloir progresser dans son approche d’un sujet » ! On ne peut mieux dire : c’est bien ce que fait en tout domaine la nouvelle Église conciliaire issue de Vatican II, et donc aussi dans le domaine de la sexualité et du “genre”…

D’ailleurs, le jésuite gay-friendly James Martin, s’il a critiqué le titre du document Il les créa homme et femme traduisant selon lui une vision « binaire sexuelle » dépassée et archaïque, n’en a pas moins salué les avancées du Vatican vers le monde lgbt :

« Ce nouveau document, écrit -il dans le magazine des Jésuites America, invite, fort justement, à ‘l’écoute’ et au ‘dialogue’. (…) C’est une invitation explicite au dialogue qui devrait être accueillie par tous. Il parle de « chemin », ce qui indique que l’Église n’a pas encore rejoint la destination. Il se concentre sur la question de la théorie gender dans le domaine de l’éducation (ce qui laisse d’une certaine manière la porte ouverte en d’autres domaines)…

Un autre aspect positif de ce document est le puissant appel à ‘respecter chaque personne dans sa condition particulière et différente’ et son opposition à toutes les formes ‘d’intimidation, de violences, d’insultes et de discriminations ». Et c’est la capacité à accueillir avec respect ‘toutes les expressions légitimes de la personne » qui est louée.

La conclusion du document affirme le chemin du dialogue, qui inclut ‘l’écoute, le raisonnement et la proposition’, en laissant la porte ouverte à des développements ultérieurs et en évitant le dure langage d’autres prises de position vaticanes sur la sexualité et en particulier l’homosexualité. »

Il est fort à craindre que ce document, malgré ses rappels de la loi naturelle et des lois de la Création divine, n’est ouvert la porte des écoles catholiques à une introduction officielle et permise de l’idéologie gender et de sa révolution anthropologique. Avec toutes les néfastes dérives sociologiques, sociétales, morales et doctrinales qui en découlent. 

La Rome néo-moderniste et néo-protestante relativiste bergoglienne se teinte toujours davantage des couleurs arc-en-ciel!

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

6 commentaires

  1. Cadoudal says:

    st Thomas d’ Aquin
    commentaire de la première épître aux corinthiens n° 285

    “l’ apôtre ajoute que les péchés contraires à la charité excluent
    du Royaume de Dieu, dans lequel on est introduit par la charité :


    “ni les fornicateurs , ni les idolâtres, ni les adultères, ni
    les efféminés -c’est à dire les mâles se traitant comme des femmes-”
    “ni ceux qui couchent entre mâles, c’est à dire ceux qui ”
    “s’ adonnent à ce vice dont parle la Genèse
    “les habitants de Sodome étaient
    “très méchants et très grands pécheurs devant le Seigneur…”
    “.. ne posséderont le Royaume de Dieu”

  2. balaninu says:

    Prions la Sainte Vierge Marie, pour qu’Elle conduise les prêtres, les évêques, et le Pape conformément aux désirs de Jésus le Grand Prêtre par excellence.

  3. Soupape says:

    1 – Le dialogue n’est pas fait pour ceux … qui ne sont pas assez forts pour le supporter.

    On n’envoie pas au casse-pipe, … des soldats qui ne savent pas manier les armes..

    C’est aux gradés de l’Eglise … d’aller au casse-pipe …

    2 – Par ailleurs, “dialoguer” sur un sujet, … c’est le relever.

    Or il n’y a aucun besoin de relever … la FOLIE.

    Nous ne sommes pas là … pour faire de la publicité à la folie massânique.

    3 – Un gouvernement a pour tâche unique … celle de gouverner,
    Il n’est pas là … pour nous apprendre à vivre … ou nous donner des leçons d’éducation sexuelle …

    Nos enfants nous appartiennent,
    et nous mêmes, n’appartenons pas à l’arrêt public :
    c’est, au contraire, l’arrêt public qui devrait nous appartenir !

  4. Geneviève says:

    Tous ces prélats, qui se prétendent ouverts au dialogue avec tous les opposants à la doctrine de l’Evangile de Notre Seigneur, sont en fait qu’une bande d’imposteurs qui sont entrés dans l’Eglise que pour la subvertir. Car on pourrait leur dire à tous ces prêtres et cardinaux subversifs, que, si la doctrine du Christ ne leur convient pas, ils n’ont qu’à sortir de l’Eglise pour faire et dire ce qu’il veulent ailleurs.
    S’ils veulent absolument rester dans l’Eglise, c’est que leur but n’est pas le dialogue avec les hors de l’Eglise, mais d’adapter celle-ci au monde extérieur, la faire entrer dans le siècle pour la dissoudre et la souiller. L’ouverture au dialogue n’est qu’un paravent pour cacher leur haine de l’Evangile !

    • Soupape says:

      Oui. le DIALOGUE, il faut qu’ils l’aient … AVEC DIEU, Celui des Apôtres de Jésus-Christ !

      Car, les modernistes sont ceux qui,
      chaque fois qu’ils ne comprennent pas un passage des Ecritures,
      tournent le passage dans leur sens, … ou même le rejettent.

      Selon leur expression, … ils “reformulent” le passage …
      Mais, à force de reformuler, … vient un moment où ils n’ont plus la foi
      qu’ils n’ont d’ailleurs jamais eue, (car quand on a la FOI, on ne la perd pas facilement !)
      Mais, par peur de ne pas pouvoir gagner leur vie ailleurs,
      ils restent dans l’Eglise, qu’ils maltraitent … en croyant la faire “évoluer” …

      Comme les modernistes n’ont pas de Vie de Prière,
      (c’est à dire pas de Relation suivie avec Dieu),
      les modernistes n’ont pas le REFLEXE
      de demander à Dieu le SENS de ses Paroles …

      Pourtant, les biens spirituels … sont parmi les choses … que Dieu accorde rapidement …
      à condition de persévérer un peu, au début,
      parce que Dieu veut … que nous nous mettions … en état de réceptivité …

      La première étape de la Vie spirituelle est donc la Prière
      L’adulte qui demande le Baptême, doit avoir commencé une Vie de Prière !
      Sinon, il faut lui expliquer comment on DECIDE de commencer à prier …
      C’est pas difficile : il suffit de parler à Dieu comme ça vient …

      Après seulement, vient la Vie sacramentelle.
      Après, il y a encore deux autres étapes, mais il est trop tôt pour en parler ici