Afin de ne pas diviser davantage la société, Karl Nehammer veut mettre en œuvre une nouvelle stratégie corona. Les opposants aux « vaccins » anti-Covid devraient être pris au sérieux à l’avenir.

Le nouveau chancelier autrichien Karl Nehammer (ÖVP) s’est exprimé lors de la passation de pouvoir à la Chancellerie fédérale à Vienne et a fait allusion à un changement de stratégie Corona envers les non-vaccinés et les sceptiques envers ces « vaccins ». Une volonté de dialogue et de respect mutuel sera nécessaire à l’avenir, a déclaré Nehammer. De son point de vue, il est urgent d’approcher les gens, de les écouter, de prendre leurs inquiétudes et leurs peurs au sérieux et en même temps de trouver des solutions. « La division nous nuit à tous. »

Pas plus tard que le week-end dernier, environ 40 000 personnes ont protesté à Vienne contre le confinement et la vaccination obligatoire annoncée pour février. Les prédécesseurs de Nehammer, Sebastian Kurz et Alexander Schallenberg, avaient essayé presque exclusivement l’usage des pressions pour inciter les sceptiques à s’injecter le « vaccin ».

Nehammer est le cinquième chancelier autrichien depuis 2017
Nehammer, ancien ministre de l’Intérieur, âgé de 49 ans, succède à Alexander Schallenberg, qui reprend ses fonctions de ministre des Affaires étrangères après seulement deux mois à la tête du gouvernement. Nehammer est déjà le cinquième chancelier d’Autriche depuis 2017.

Nehammer est connu comme un défenseur d’une politique strictement restrictive sur la migration.

Avec le changement au sommet du gouvernement, le cabinet a également été remanié. Ainsi, les postes de ministre des Finances et de ministre de l’Éducation ont été réaffectés. Le nouveau ministre des Finances est Magnus Brunner, ancien secrétaire d’État au ministère de l’Environnement. Le recteur de l’Université, Martin Polaschek, devient ministre de l’Éducation. Gerhard Karner de l’ÖVP Basse-Autriche prend la relève au ministère de l’Intérieur. L’élément déclencheur de ce remaniement a été la démission de Sebastian Kurz de son poste de dirigeant de l’ÖVP et son retrait de la vie politique en général.

Nehammer, qui est également le dirigeant désigné de l’ÖVP, prend ses fonctions dans des circonstances difficiles. La coalition de l’ÖVP et des Verts, au pouvoir depuis 2020, est instable en raison de nombreux conflits. Même dans les décisions de politique sanitaire, les partenaires gouvernementaux étaient loin d’être toujours d’accord. Actuellement, le pays est en confinement. Le commerce et surtout le secteur du tourisme craignent que, contrairement à l’annonce précédente, les restrictions soient prolongées au moins partiellement au-delà du 13 décembre.

Van der Bellen a profité de l’occasion pour exhorter le nouveau gouvernement à un sens de la réalité dans la politique Corona. « Nous ne devrions pas susciter de fausses attentes et ne pas promettre quoi que ce soit qui s’avère plus tard intenable. »

Le climat politique a changé au détriment de l’ÖVP. Jusqu’à il y a quelques mois, les conservateurs étaient encore loin devant dans les sondages. Des enquêtes récentes ont montré que le SPÖ social-démocrate devance l’ÖVP pour la première fois depuis des années. Les appels de l’opposition à de nouvelles élections se font de plus en plus forts. Cette instabilité politique bénéficiera-t-elle aux défenseurs des libertés opposés à la dictature sanitaire  ? A suivre.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs ,
3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :