Face aux tensions toujours plus fortes et à la nouvelle Intifada qui s’annonce, le patriarche latin de Jérusalem s’est exprimé sur la « folle décision » des États-Unis concernant le transfert de leur ambassade à Jérusalem : l’identité de la ville sainte est incompatible a-t-il affirmé avec des choix unilatéraux. Le patriarche se montre inquiet « pour les violences qui pourraient se déchaîner et les conséquences imprévisibles ». Il souligne le danger d’« une revendication exclusive » sur une cité que tant de personnes « dans le monde entier considèrent comme une capitale spirituelle ».

« Rien ne s’oppose, a-t-il ajouté, à ce que Jérusalem, dans son unicité et unité, devienne le symbole national de deux peuples qui la revendiquent comme capitale. Israéliens et Palestiniens devraient rejoindre un accord qui corresponde en quelque façon à leurs légitimes aspirations et respecte les principes de justice. Des décisions unilatérales qui changent l’actuel configuration de la ville ne porteront aucun bénéfice, mais seulement de nouvelles tensions et éloigneront la possibilité de pacification. »

« Le caractère sacré de Jérusalem ne se limite pas seulement aux sites individuels ou aux monuments, comme si ceux-ci pouvaient être séparés les uns des autres ou isolés de leurs respectives communautés, mais il englobe Jérusalem dans sa totalité, ses Lieux Saints et ses communautés, avec leurs hôpitaux, écoles, activités à caractère culturelles et sociales. Les deux parties devraient tout faire pour conserver l’actuel caractère universel de la ville et s’engager pour qu’elle reste le lieu dans lequel juifs, chrétiens et musulmans puissent continuer à se rencontrer le long des rues de la Vielle Ville, chacun avec sa mentalité propre et ses traditions, liées de façon si uniques les unes aux autres. »

En effet, la décision de Trump, qui réjouit Israël,  non seulement met à mal le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi le dialogue inter-religieux tellement prisé par la Rome conciliaire qui le voit comme le moyen “miracle” pour construire un meilleur des monde, un monde de paix…

« La discussion sur Jérusalem ne peut être réduite simplement à une dispute territoriale et souveraineté politique, précisément parce que Jérusalem est unique, est patrimoine du monde entier, a une vocation universelle qui parle à des milliards de personnes dans le monde, croyants ou non. Une solution réaliste au problème de Jérusalem ne peut pas ne pas inclure tous ces éléments » explique donc le patriarche latin de Jérusalem.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Saint-Plaix says:

    De qui s’agit-il?
    Le siège est vacant!
    Sa Béatitude Fouad Twal, est parti le 24 juin 2016, pour cause de limite d’âge et n’a pas été remplacé par le pape qui a nommé à titre transitoire un administrateur apostolique du patriarcat, en la personne de l’ancien responsable de la Custode de Terre Sainte, promu archevêque: Mgr Pierbattista Pizzaballa.
    Le patriarcat est donc actuellement officiellement sede vacante!
    Alors qui s’exprime ici? Le patriarche émérite Twal ou l’administrateur Pizzaballa au nom du patriarcat?