Il y a tout juste un demi-siècle, le pape Paul VI clôturait le concile Vatican II avec ces paroles, lourdes de sens et annonce d’apostasie collective du monde catholique :

“La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui se fait Dieu. […] sachez reconnaître notre nouvel humanisme : nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme.”

Un culte anthropocentrique qui a réduit la doctrine, les sacrements, la liturgie, le droit canon, à la hauteur de la misère de l’homme, de ses passions débridées et ses paresses innées, -faire le bien que demandent Dieu et le salut éternel nécessite un effort qui répugne à l’homme moderne. Un culte de l’homme qui culmine aujourd’hui avec le pontificat bergoglien, où plus rien de sacré ne résiste aux choix égoïstes de l’individu post-concile : et la culture du choix, caractéristique de la non-civilisation post-moderne, fait son entrée fracassante dans les palais apostoliques du Vatican et ceux épiscopaux du monde germain.

Après le délétère synode pour l’Amazonie, théâtre régional factice d’une  véritable révolution globale et universelle menée par le staff du pape argentin et qui ne dit pas son nom, place à son pendant occidental, le synode allemand. Et à son ouverture aux déviances actuelles, mises à l’honneur et approuvées.

Ce « chemin synodal », car dans l’Eglise conciliaire on chemine, on marche, vers des utopiques lendemains de progrès humains et humanistes, ce mythe architecte d’un impossible et messianique paradis terrestre, s’est ouvert à Francfort samedi dernier. Le Deutsche Welle explique qu’il est promu par d’influents prélats progressistes, les mêmes qui tiraient les ficelles du synode pan-amazonien, et qu’il durera plusieurs mois, avec des débats et des réflexions qui impliqueront et les évêques locaux et des organisations confessionnelles laïques telle la Fédération des femmes catholiques allemandes (Kdfb) et le Comité central des catholiques allemands (ZdK). Le choix sélectif d’organisations à gauche toute démontre à lui seul l’imposture et  l’hypocrisie des organisateurs d’un Synode qui se veut pour tous.

Les thèmes qui seront sur la table synodale sont eux-aussi un exemple de la prise en otage du ce synode de 230 membres, comprenant autorités diocésaines et monde laïc, par l’aile gauche de l’Eglise officielle : il sera question de la réforme de la doctrine catholique concernant le célibat sacerdotal, de l’accès des femmes au sacerdoce, de l’homosexualité comme pratique sexuelle normale, et tout allant dans la même veine progressiste. Bon on y traitera aussi de la pédophilie, dans les séminaires et les instituts religieux, ce qui laisse perplexe : y aurait-il des enfants impubères en ces lieux ? Que nenni ! Ce mot de « pédophilie » sert là à cacher la réalité de la majorité des faits incriminés et qui sont des violences et agressions homosexuelles sur des jeunes adultes, séminaristes ou novices, par des clercs ayant autorité. Mais puisque la bien-pensance progressiste tant conciliaire que laïque empêche toute dénonciation de l’homosexualité comme cause principale de ces crimes, les pères synodaux usent de la novlangue et du mot à la mode et fourre-tout de ‘pédophilie’ pour travestir les faits.  

Ce synode engendre une opposition de l’aile conservatrice de l’Église conciliaire qui a, outre-Rhin, à sa tête le cardinal Müller, un moderniste qu’on se le dise ses propos passés et hétérodoxes sur la Vierge et la Transsubstantiation le prouvent assez.

Mais le cardinal Müller, tout conciliaire qu’il est, ayant approuvé et contribué à la révolution de Vatican II doctrinale, sacramentelle, liturgique, canonique, particulièrement lorsqu’il était préfet de la puissante Congrégation pour la Doctrine de la Foi, la courroie de transmission des innovations conciliaires, n’aime pas les choix bergogliens, ils vont trop loin et visiblement dans la destruction de la doctrine, un peu oui, beaucoup non. En somme c’est encore une affaire de culture du choix, mais aussi, reconnaissons-le leur à ces clercs conservateurs, une prise de conscience de la folie de l’anthropocentrisme et de sa logique mortifère : ils découvrent, mais un peu tard, qu’on ne peut s’ouvrir au monde moderne, plaire à l’homme, ce qui aujourd’hui signifie plaire à chaque individu–Roi et répondre favorablement à ses désirs individuels. Dans un éclair de lucidité, ils s’empressent de défendre la nécessité d’une doctrine immuable dans le temps et l’espace. Cette même doctrine immuable que le Concile a pourtant décidé qu’elle évoluerait pour que l’Eglise ouverte soit en phase avec les hommes de Notre Temps, ses mœurs, coutumes, vies contemporaines … 

En tout cas, le cardinal Müller n’y a pas été de main morte pour fustiger ce synode, il l’a tout bonnement comparé à « la montée d’Hitler » et l’a déclaré illégitime ! Pas moins, faire plus ensuite sera difficile ! Une reductio ad hitlerum qui n’a pas du enchanter les oreilles du très progressiste, immigrationniste, mondialiste, et tout et tout et tout correct, cardinal Marx au nom prédestiné.

Et conclusion de cette affaire synodale allemande, le serpent conciliaire, pris dans ses propres contradictions et sa règle absolue, plaire à l’homme, se mort la queue !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Déjà au diabolique concile Vatican II les cardinaux allemands jouèrent un grand rôle dans l’introduction de la révolution dans l’Eglise. Le cardinal Bea -sans doute franc-maçon- fut le promoteur de Dignitatis Humanae. Bea alla à New York voir les Bnai Brith pour leur demander ce qu’ils attendaient du concile. Réponse des Bnai Brith : la liberté religieuse. Tous ces modernistes savaient ce qu’ils faisaient en introduisant le poison à l’intérieur de l’Eglise.
    On disait « le Rhin se jette dans le Tibre ». C’est le plan maçonnique de la destruction de l’Eglise.

  2. Ça s’en vient, les prêtresses et les “mariages homos” dans cette église conciliaire ! Je croyais ça impossible mais j’étais bien naïf. Ceux qui dirigent cette église conciliaire veulent plaire au monde et suivre le monde, même si la Bible dit le contraire.