Le journal Sud-Ouest donne, dans son édition du 11 janvier, trois affaires de délinquance causées par des étrangers, dans Bordeaux et à Libourne. Certainement, trois « cas isolés » qui ne prêtent pas à polémique. Mais ils s’accumulent.

Ce vendredi 7 janvier, un voyageur descendu de son TGV en provenance de Paris a été agressé par un homme, alors qu’il remontait la rue de Tauzia avec sa valise vers 19h30 – un homme est arrivé par derrière, l’a ceinturé et frappé plusieurs fois. Des passants se sont précipités et ont rattrapé l’homme, qui se dit libyen de 26 ans et est en situation irrégulière – il fait l’objet d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français) évidemment non exécutée, comme 95% des mesures semblables.

Toujours vendredi, plus tôt dans l’après-midi, trois bosniaques de 27, 24 et 16 ans suivent quelqu’un qui vient d’acheter un ticket de tram à la machine située devant la gare de Bordeaux-saint-Jean, mémorisent son code de carte bleu puis lui volent son portefeuille, avant de retirer de l’argent à un distributeur de billets. Les policiers les interpellent assez vite, elles se débarrassent du butin à leurs vues. Les deux majeures, dont une a expliqué aux policiers qu’elle était venue faire les boutiques à Bordeaux, seront jugées en correctionnelle.

Le 10 janvier, le tribunal correctionnel de Libourne jugeait un marocain de 30 ans, qui dit s’appeler Yassine Chaidi, et qui a été trouvé dans une maison rue de l’Housteauneuf où il vole 70 euros, des vêtements, consomme de l’alcool – le fils de la locataire le retrouve en train de manger une choucroute et boire une bière. L’intrus violente le jeune homme et tente de s’enfuir. Il doit une fière chandelle au laxisme judiciaire ambiant : 33 jours de prison, relaxe des violences et 1200 € d’indemnités à verser.

Ce qu’il y a d’intéressant avec le Covid en France, c’est qu’on contrôle les pass sanitaires – et bientôt l’identité ? à l’entrée de tous les restos, cafés, musées et lieux de concerts, mais qu’on ne sait toujours pas fermer nos frontières et renvoyer chez eux les délinquants.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :