Macédoine

Les flots de clandestins débordent les frontières de Macédoine qui leur sont fermées en dépit de l’armée, impuissante et sans moyens dissuasifs.

Des clandestins passent en Macédoine en traversant une rivière, en ordre bien organisé. La frontière d’Idoméni étant fermée, 2000 immigrants au moins ont néanmoins réussi à entrer en Macédoine en franchissant une rivière où des cordes avaient été tendues d’une rive à l’autre, protégés et guidés par des passeurs dont certains sont en tenues fluorescentes dans cette vidéo; des passeurs-guides dont certains sont clairement européens. Les no-borders sont donc au-dessus des lois et de la souveraineté des nations européennes. Aucun interdit ne les retient, les pays européens ne sont plus maîtres chez eux et n’osent même plus faire usage de la force pour faire appliquer les lois tant la pression immigrationiste mondialiste est puissante. De l’autre côté de la frontière, 12 000 réfugiés, selon les chiffres avancés aujourd’hui, sont prés à employer le même parcours, tandis que de Grèce les policiers complètement débordés et sans moyens réels continuent d’en laisser passer. L’armée macédonienne n’a réussi à stopper que quelques centaines d’envahisseurs… Évidemment quand on refuse de prendre les moyens nécéssaires pour se faire respecter…

Un premier groupe d’immigrants était parti vers 10h30 d’Idomeni avec ses bagages (donc sans se cacher) en direction du village de Chamilo, suivi par un second groupe. Sans doute s’agissait-il d’un test de la volonté des autorités macédoniennes.

Les deux groupes ont dépassé sans entraves plusieurs troupes de policiers, seulement une petite partie d’entre eux a été stoppée. Le signal dissuasif est si faible qu’une partie des clandestins poursuivaient leur marche vers 17 heures, selon l’AFP sur place.

Les policiers grecs en aval de la Macédoine sont quant à eux complètement débordés. Il est vrai qu’aucun moyen de rétorsion n’est opposé aux délinquants. De toute évidence les frontières des pays européens ont sauté, puisque plus aucune autorité n’affiche sa volonté de les préserver, alors même que sur toutes les ondes les médias tentent de faire croire aux peuples européens que l’immigration serait stoppée. Le traité de Schengen qui devait servir de nouvelles frontières à l’Union n’était donc qu’un piège dressé contre la souveraineté des nations.

Emilie Defresne
emiliedefresne@medias-presse.info

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :