Les partisans de la dictature sanitaire qui s’abat sur les épaules des deux tiers des populations mondiales, ces journalistes au collier et politiciens du système, cette Union Européenne, qui ont été les premiers à applaudir à « la fermeture coréenne », au régime totalitaire chinois, à exiger « l’union sacrée », moyen psychologique efficace pour bâillonner toutes voix discordantes et critiques, ont aujourd’hui des cris de vierges effarouchées face aux pleins pouvoirs de Viktor Orban.

Ils ont, enfin, un ennemi commun contre qui combattre : malheureusement pour les Européens ce n’est pas le coronavirus, du moment que l’Union Européenne s’est bien gardée de trouver des solutions communes, c’est le premier ministre de la Hongrie, le grand méchant… depuis un bon bout de temps d’ailleurs pour les technocrates immigrationnistes bruxellois.

Depuis le 30 mars dernier, le chef du Fidesz, à la tête du pays des Magyars, a obtenu les pleins pouvoirs et se prépare à guider Budapest dans la crise du coronavirus. Un choix qui a suscité la critique acharnée du monde progressiste européen. Dans une déclaration commune, treize pays de l’UE, mettent en garde la Hongrie dont ils taisent pourtant le nom :

« Nous sommes toutefois profondément préoccupés par le risque de violations des principes de l’État de droit, de la démocratie et des droits fondamentaux résultant de l’adoption de certaines mesures d’urgence »,

écrivent, sans rire, les signataires, parmi lesquels des pays comme la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, la Finlande et la Belgique. Faut-il leur rappeler à ces donneurs de leçons scandalisés par Orban que leur gouvernement ont adopté un confinement généralisé qui s’assoit sur les libertés les plus fondamentales de l’être humain, liberté de circuler, de voir sa famille, de se réunir, de travailler, etc ? Qu’ils ont mis en place une quarantaine sévère avec des méthodes qui, dans un tout autre contexte social, auraient être définies une dérive autoritaire ? Dans de nombreux pays occidentaux, les dirigeants ont effectivement assumé les pleins pouvoirs, statuant par décret d’urgence, évitant les passages parlementaires, évitant même d’informer les assemblées législatives, décidant d’envoyer les forces armées dans la rue et dans un virage résolument fort dans le système juridique, avec l’insertion de crimes impensables jusqu’à il y a quelques semaines pour tout État occidental et libéral.

Pour rappel à ces hypocrites politiciens, journaleux et influencers des masses, à l’indignation facile qui ne pourra pourtant pas cacher longtemps l’incapacité globale des progressistes libéraux à gérer la crise sanitaire autrement que par des mesures dictatoriales, arbitraires et néfastes, Viktor Orban n’a réalisé aucun coup d’État en Hongrie :  

« Lundi, lors de la signature de la loi d’urgence, rappelle le journal italien La Nuova Bussola Quotidanna,le président de la République hongroise János Áder a déclaré que la loi était conforme à la Constitution et ne violait aucun accord international. Concernant les objections de l’opposition au “manque de délais” pour le renforcement des pouvoirs du gouvernement, le président Áder a insisté sur le fait que les nouveaux pouvoirs ne sont pas indéfinis et ne dureront que jusqu’à la fin de l’épidémie et la urgence suite au coronavirus

« Le gouvernement hongrois n’a fait que discuter avec le Parlement de l’application, en vertu de la Constitution, des pouvoirs spéciaux conférés à l’exécutif en cas d’urgence. Des mesures pas différentes de celles italiennes. Mais au moins discutées au Parlement » termine, ironique, et fort à propos, le journaliste italien.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Alexderome says:

    Il faut lire magyar et non margrave

  2. balaninub says:

    Que tous ces mafieux qui gouvernent notre pays, grands donneurs de leçons devant l’univers, aillent casser les cailloux dans le désert de Gobie ! Ils seront toujours responsables sans être coupables, et les veaux qui constituent les 3/4 de notre pays continueront d’aller voter en masse et d’être aux ordres de ces mafieux en plus d’être délateurs.
    Ne nous y trompons pas nous avons beaucoup de soucis à nous faire !!! Ils ont réussi à abattre ce Monsieur Salvini en Italie qui avait fait fermer les frontières…. maintenant M. Orban, mais en revanche, ils ouvrent les bras à ce pantin de la Turquie.
    Nous allons passer dans quelques temps à une dictature, moyennement molle, soi-disant pour éviter une nouvelle pandémie, car ils se seront tous embrassés à l’étoile et se refileront le SRAS COVID. Un pédophile a réussi le tour de force de parler sur les plateaux télé pour salir un éminent Professeur !
    Ce que les plus grands communistes ont rêvé la France la fait ! Fermer les églises, fermer les sanctuaires où l’on pourrait justement implorer la Vierge Marie de guérir ceux qui sont malades, mais les mitrés ripou blicains ont même devancé les directives de la rance !

    A quand le réveil des valeureux français qui ont suivi J. d’Arc, les Duguesclin, et autre C. Martel ?

    Quant à moi je suis fille du Christ.

  3. Tchetnik says:

    Pourtant, le micr0n a fait exactement ma même chose…

  4. Mais Y A PAS de “crise sanitaire”, fieu…
    c’est juste la grippe saisonnière, sur laquelle les comploteurs ont collé l’étiquette “corona” pour mieux nous enfiler…
    Et ORBAN est juste un pantin de plus, son cursus a été financé par Soros, qui set à nous leurrer de faux espoirs, nous embobiner encore plus dans LEUR MENSONGE…

  5. Moi aussi, je suis “profondément préoccupé par le risque de violations des principes de l’État de droit, de la démocratie et des droits fondamentaux résultant de l’adoption de certaines mesures d’urgence” en France.
    Si les confinés ne se révoltent pas contre l’oligarchie macrono-sarkozo-hollandouilliste suite à cet épisode, c’est qu’ils seront pour de bon définitivement devenus des cons finis.

  6. Geneviève says:

    “Qu’ils ont mis en place une quarantaine sévère avec des méthodes qui, dans un tout autre contexte social, auraient être définies une dérive autoritaire ? «

    Mais ce contexte d’alerte sanitaire a été volontairement créé pour nous priver de toutes nos libertés !
    Le Covid 19 est le nouvel outil de remplacement du terrorisme d’Al Quaïda ou de Daech pour semer la panique dans le monde et nous imposer le nouvel ordre mondial sanitaire.

    Il s’agit d’un exercice d’ingénierie sociale étendu à l’ensemble de la population mondiale par les grandes puissances financières qui veulent nous esclavagiser.

    https://www.youtube.com/watch?v=KslHhOK_n6c

  7. sybile says:

    merci d arrètè de mettre une patriote aux panier des doublonsquand je poste un message chez vous media presse info ou les enemies de la fance

  8. sybile says:

    ils empeches les paysans de semer ils veulent nous hocauster vive la pologne et poutine en france pas de resistant le nouvel odre mondiales lunion europeene et bankaire anglo saxone