Michel Zink, membre de l’Institut, est professeur honoraire au Collège de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages concernant la littérature médiévale.

De l’aube du XIIe siècle au déclin du XIIIe siècle, les troubadours ont inventé une manière poétique et une idée de l’amour dont l’influence dans l’Europe entière a été immense.

L’histoire poétique des troubadours est d’abord faite de leur vie, de leurs voyages et de leurs amours, de leurs rencontres, de leur carrière et de leur œuvre. L’histoire poétique des troubadours est aussi l’histoire de leur art et de son influence, en particulier l’histoire des manuscrits qui, alors que sa grande époque est déjà achevée, se sont employés à le préserver.

Un poète avait trois moyens de diffuser la chanson qu’il venait de composer. Il pouvait la chanter lui-même : d’où l’importance accordée, non seulement à ses talents de compositeur, mais aussi à la qualité de sa voix. Il pouvait la faire chanter par un jongleur employé à son service. Il pouvait enfin la copier sur un petit rouleau de parchemin, un rollet.

L’auteur nous fait découvrir la poésie des troubadours, cette poésie si ancienne, cette première poésie composée dans les nouvelles langues de l’Europe, en vérité élitiste et sophistiquée. Car non seulement la poésie des troubadours n’a rien de populaire au sens sociologique du terme, tout au contraire, mais elle frappe par sa complexité et sa difficulté délibérées.

Les troubadours, Michel Zink, éditions Perrin, collection Tempus, 384 pages, 9,50 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés