Vatican- La rencontre inter-religieuse entre le pape François, Shimon Peres et Mahmoud Abbas n’en finit pas de poser des problèmes : outre les gravissimes conséquences théologiques abordées déjà par MPI, ces invocations qui se voulaient promotrices de la paix s’enfoncent dans un scandale qui tourne à la confusion voir l’affrontement verbale.

L’Imam invité par le pape François récita ses « invocations ». Sauf que l’Imam lança pour finir une petite phrase inattendue relevée par l’écrivain égypto-allemand Hamed Abdel-Samad puis relayée en France par Bernard Antony, président de l’Agrif, et rapportée ainsi par le blog d’Yves Daoudal :

« Bernard Antony a été le premier francophone à le remarquer et à le commenter, et il est toujours le seul au moment où j’écris. Il avait été alerté par une musulmane convertie, qui a été stupéfiée d’entendre le représentant musulman, dans les jardins du Vatican, au cours de la prière pour la paix, réciter (bien sûr en arabe) les derniers mots de la deuxième sourate : « Tu es notre Maître, accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles. »

La deuxième sourate, la plus longue, est une sorte de résumé hétéroclite du Coran et de la charia. Elle prône bien sûr le jihad, mais surtout elle est violemment anti-juive et anti-chrétienne. C’est dans cette sourate qu’on trouve (verset 191) : « Et tuez-les où que vous les rencontriez (…) l’association est plus grave que le meurtre (…) et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. » (L’association, c’est la Trinité.)

Un écrivain égypto-allemand, Hamed Abdel-Samad, a lui aussi été stupéfié d’entendre cela, et il a écrit sur sa page Facebook : « Dans les jardins du Vatican, le clerc musulman conclut sa prière par le verset : “Qu’Allah nous aide à remporter la victoire contre les infidèles !” J’appelle ça une prière pour la paix ! »

[…] Il est inutile de se demander qui a laissé passer cet appel à la victoire contre les peuples kafir (ou koufar). Le texte des prières avait été publié en plusieurs langues, et naturellement ce verset n’y figurait pas. C’est le représentant musulman qui, au dernier moment, a ajouté ce qu’il devait ajouter pour être un bon musulman… »

C’est maintenant autour du grand rabbin de Rome de jeter un pavé dans la mare, jugeant cette cérémonie dangereuse et inopportune, la critiquant vivement tant sur le fond que sur la forme :

« S’agissant d’une rencontre religieuse, affirme ainsi le grand rabbin, le sens de la présence d’une figure clairement laïque comme celle de Shimon Peres m’échappe ». « Il ne me semble pas être un habitué des lieux de prière »

Et le journal très progressiste La Vie (appartenant à l’homosexualiste Pierre Berger) de relever :

Déjà dans une interview accordée le mois dernier au quotidien israélien Haaretz, il avait estimé que « du point de vue théologique », juifs et catholiques « n’ont rien à discuter », tout en se disant favorable à des «relations de bon voisinage ».

Des trois « invocations » ne reste en ligne sur le site du Vatican que celle du pape François. Les deux autres ont été retirées.

La « prière » pour la paix tourne au pugilat.

Xavier Celtillos

A lire sur le relativisme sur www.livres-et-idees.com

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

47 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :