La proposition de loi présentée à l’Assemblée par la députée (LREM) Laetitia Avia visant à lutter contre la « cyberhaine » sur Internet sera débattue à compter du 3 juillet, à l’Assemblée nationale.

A la suite de la loi Pleven, de la loi Gayssot, de la loi Taubira sur l’esclavage, cette nouvelle loi liberticide, loi bâillon, vise surtout, au prétexte de la « cyberhaine », notion fourre-tout et subjectiviste, à instaurer un échelon de plus au sein de la censure régentée par la pensée unique.

Définition de la « cyberhaine » dans le Dictionnaire de novlangue de Michel Geoffroy et Polémia paru en 2015 mais qui reprenait déjà des définitions antérieures :

« Expression sidérante destinée à déconsidérer ceux qui diffusent sur Internet et les réseaux sociaux des informations ou des idées contraires à l’idéologie dominante. Cette expression sert surtout à préparer l’opinion à l’idée qu’il faut toujours plus contrôler internet. »

Nous y sommes ! Pour imposer cette super-censure de tous propos ou discours qui déplaisent au politiquement correct, cette loi compte faire pression sur les plate-formes, réseaux sociaux et moteurs de recherche. Dès que des propos jugés haineux par un internaute leur seront signalés grâce à un « bouton unique », ils disposeront d’un délai de 24 heures pour les retirer. Sous le contrôle du CSA, ces opérateurs seront soumis à une obligation de transparence sur leur politique de modération des contenus, et de très, mais très fortes amendes pourront leur être infligées.De quoi les inciter à obtempérer prestement aux injonctions du gendarme du net.

Cette proposition de loi est un élément supplémentaire de la mise en place « la dictature Macron » !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires