La proposition de loi présentée à l’Assemblée par la députée (LREM) Laetitia Avia visant à lutter contre la « cyberhaine » sur Internet sera débattue à compter du 3 juillet, à l’Assemblée nationale.

A la suite de la loi Pleven, de la loi Gayssot, de la loi Taubira sur l’esclavage, cette nouvelle loi liberticide, loi bâillon, vise surtout, au prétexte de la « cyberhaine », notion fourre-tout et subjectiviste, à instaurer un échelon de plus au sein de la censure régentée par la pensée unique.

Définition de la « cyberhaine » dans le Dictionnaire de novlangue de Michel Geoffroy et Polémia paru en 2015 mais qui reprenait déjà des définitions antérieures :

« Expression sidérante destinée à déconsidérer ceux qui diffusent sur Internet et les réseaux sociaux des informations ou des idées contraires à l’idéologie dominante. Cette expression sert surtout à préparer l’opinion à l’idée qu’il faut toujours plus contrôler internet. »

Nous y sommes ! Pour imposer cette super-censure de tous propos ou discours qui déplaisent au politiquement correct, cette loi compte faire pression sur les plate-formes, réseaux sociaux et moteurs de recherche. Dès que des propos jugés haineux par un internaute leur seront signalés grâce à un « bouton unique », ils disposeront d’un délai de 24 heures pour les retirer. Sous le contrôle du CSA, ces opérateurs seront soumis à une obligation de transparence sur leur politique de modération des contenus, et de très, mais très fortes amendes pourront leur être infligées.De quoi les inciter à obtempérer prestement aux injonctions du gendarme du net.

Cette proposition de loi est un élément supplémentaire de la mise en place « la dictature Macron » !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :