Sanctoral 

Saint Jérôme Emilien, Confesseur

Jérôme, né à Venise de la famille patricienne des Emiliani, fut initié au métier des armes dès sa première adolescence, et préposé, en des temps très difficiles pour la république, à la défense de Castelnovo, près de Quero, dans les monts de Trévise. Ses ennemis s’emparèrent de la citadelle ; et lui-même, jeté dans une horrible prison, eut les pieds et les mains chargés de fers. Privé de tout secours humain, il eut recours à la très sainte Vierge qui exauça ses prières. Elle lui apparut, brisa ses liens et le conduisit sain et sauf en vue de Trévise, le faisant passer au milieu des ennemis qui occupaient toutes les routes. Une fois entré dans la ville, il suspendit à l’autel de la Mère de Dieu, à laquelle il s’était voué, les menottes, les entraves et les chaînes qu’il avait emportées avec lui. De retour à Venise, il se donna tout entier au service de Dieu, se dépensa d’une façon admirable pour les pauvres, et eut surtout compassion des enfants orphelins qui erraient dans la ville, dénués de tout et dans un état pitoyable. Louant des salles pour les recueillir, il les nourrissait de ses propres ressources et les formait aux mœurs chrétiennes. A cette époque abordèrent à Venise le bienheureux Gaétan et Pierre Caraffa, qui devint plus tard Paul IV : goûtant l’esprit dont Jérôme était animé, et approuvant le nouvel institut destiné à recueillir les orphelins, ils l’amenèrent à l’hôpital des incurables, dans lequel, tout en élevant les orphelins, il devait servir les malades avec une égale charité. Sur leur conseil, il partit pour le continent voisin, et érigea des orphelinats, à Brescia d’abord, puis à Bergame et à Côme ; ce fut surtout à Bergame qu’il déploya son zèle. Outre deux orphelinats, l’un pour les garçons, l’autre pour les filles, il ouvrit un établissement pour recevoir les femmes de mauvaise vie qui se convertissaient. Enfin, dans un humble village du territoire de Bergame, à Somasque, sur les limites des possessions vénitiennes, il fonda une résidence pour lui et les siens ; il y organisa sa congrégation qui a pris, de ce lieu, le nom de Somasque. Elle s’est développée et répandue dans la suite, et, ne se bornant plus à l’éducation des orphelins et au service des églises, elle s’appliqua pour le plus grand bien de la société chrétienne, à initier les jeunes gens aux lettres et aux bonnes mœurs, dans les collèges, les académies et les séminaires. C’est pour cela que saint Pie V l’a mise au rang des Ordres religieux, et que d’autres Pontifes lui ont accordé des privilèges. Ne pensant qu’aux orphelins à recueillir, Jérôme se dirige sur Milan et Pavie ; dans ces villes, grâce à la faveur de nobles personnages, il procure providentiellement à une multitude d’enfants, un gîte, des provisions, des vêtements et des maîtres. Revenu à Somasque, il se fait tout à tous ; aucun labeur ne le rebutait quand il prévoyait que sa peine profiterait au prochain. Il abordait les cultivateurs dispersés dans les champs, leur venait en aide au temps de la moisson, et leur expliquait les mystères de la foi. Il nettoyait les enfants atteints de maladies à la tête, les soignait patiemment, et pansait si bien les pauvres gens qui avaient des plaies dégoûtantes, qu’on l’eût dit doué de la grâce des guérisons. Ayant découvert une caverne sur la montagne dominant Somasque, il s’y retira, et là, se frappant à coups de fouet, restant à jeun des jours entiers, faisant oraison la plus grande partie de la nuit, ne prenant qu’un peu de sommeil sur la pierre nue, il pleurait ses péchés et ceux des autres. Au fond de cette grotte, une source d’eau jaillit du roc même. Une constante tradition l’attribue aux prières du Saint ; elle n’a point cessé de couler jusqu’à ce jour, et cette eau, portée en divers pays, rend la santé à beaucoup de malades. Enfin, une peste étant venue à sévir dans la vallée, Jérôme en fut atteint pendant qu’il se dévouait auprès des pestiférés et qu’il portait les cadavres sur ses épaules au lieu de la sépulture. Sa mort précieuse, qu’il avait prédite quelque temps auparavant, arriva le 8 février 1537: les nombreux miracles qu’il opéra pendant sa vie et après sa mort le rendirent illustre ; Benoît XIV le béatifia en 1747 et Clément XIII l’inscrivit solennellement aux fastes des Saints en 1767.

Sainte Marguerite d’Antioche, Vierge et Martyre

Sainte Marguerite fut martyrisée à Antioche de Pisidie. Son culte passa d’Orient en Occident au temps des Croisades où elle devint très populaire. Sainte Marguerite est l’une des saintes qui apparurent à Jehanne d’Arc et lui précisèrent sa mission. Elle est surtout invoquée par celles qui vont devenir mères. Elle se trouve parmi les quatorze Saints Auxiliaires auxquels on a recours dans les cas de détresse (+307). Une antique église, sous le nom de Sainte-Marine, s’élevait entre le Titre d’Eudoxie et celui de Clément. Un second édicule, en l’honneur de cette Sainte, sous le nom de prison de Sainte-Marguerite, se trouvait dans l’une des tours des murs de Rome près de la porte Asinaria. Une troisième église, dédiée à la même martyre, existe encore près de Sainte-Marie au Transtévère et semble avoir été érigée en 1288 sous Nicolas IV. Sainte Marguerite est généralement figurée avec un dragon à ses pieds, ou sortant du ventre ou de la gueule du dragon, on la dit « issant du dragon ». Elle peut être représentée tenant une croix, comme symbole de la foi qu’elle refuse de renier, et tenant aussi la palme du martyre. Elle est souvent associée à trois autres saintes ayant fait, elles aussi, vœu de virginité : sainte Barbe, sainte Catherine et sainte Geneviève.

Saint Elie, Prophète : dans l’Ordre du Carmel (1ère classe)

Et le prophète Elie surgit comme un feu ; sa parole brûlait comme une torche » (le Siracide (48,1) c’est ainsi que le Siracide décrit l’un des plus grands prophètes de l’histoire religieuse de l’ancien Israël. Pourtant on ne sait pas grand-chose sur sa vie. Il naît à Tisbé au IX siècle avant Jésus-Christ, au temps du roi Achab, et consacre sa vie à éloigner le peuple de l’adoration des idoles pour le ramener vers l’unique vrai Dieu, cohérent au nom qui lui a été donné ; en effet, Elie signifie « Le Seigneur est mon Dieu ». Homme vertueux et austère, il porte un manteau de peau de chameau au-dessus d’un simple tablier noué autour des reins, préfigurant ainsi, huit siècles auparavant Jean Baptiste. Doté d’un cœur de guerrier et d’une intelligence raffinée, il unit en lui le feu ardent de la foi et le zèle pour le Seigneur, si bien que saint Jean Chrysostome le définit « ange de la terre et homme du Ciel ». Un exemple éclatant de la force prophétique d’Elie se lit dans le premier Livre des Rois, au chapitre 18, qui raconte comment au temps du roi Achab Israël était en train de céder à la séduction de l’idolâtrie ; en effet, il adorait Baal et croyait qu’il donnait la pluie et donc la fertilité aux champs, au bétail et au genre humain. C’est pour démasquer cette fausse croyance qu’Elie rassemble le peuple sur le Mont Carmel et met devant lui un choix : suivre le Seigneur ou suivre Baal. Le prophète invite à la confrontation plus de quatre cents adorateurs d’idoles ; les uns et les autres prépareront un sacrifice chacun et prieront chacun son propre dieu afin qu’il se manifeste. Et Dieu envoie le feu consumer l’holocauste sur le bûcher mouillé. Il annonce la fin de la sécheresse et tandis qu’il est en prière, au sommet du Carmel, une petite nuée se lève de la mer. Voici la pluie bienfaisante. Une nouvelle épreuve, cependant, attend le prophète : lui, qui a tant lutté pour la foi, doit chercher à échapper aux colères de la reine Jézabel, femme idolâtre d’Achab, qui veut sa mort. Fortifié par une nourriture mystérieuse, il marche jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu où Dieu lui-même vient se révéler « dans le bruit d’un silence ténu ». Sur la parole de Dieu, il retourne pour oindre Élisée comme prophète à sa place. Une fois sa mission accomplie, Elie est emporté au Ciel sur un char de feu.

Martyrologe

Saint Jérôme Emilien confesseur, fondateur de la Congrégation de Somasque, patron céleste de tous les orphelins et de la jeunesse abandonnée. Il s’endormit dans le Seigneur le 6 des ides de février (8 février).

A Antioche, la passion de sainte Marguerite, vierge et martyre.

Au Mont Carmel, le prophète saint Elie.

En Judée, l’anniversaire du bienheureux Joseph, surnommé le Juste, que les Apôtres proposèrent avec saint Matthias pour remplir dans l’apostolat la place du traître Judas. Le sort étant tombé sur Matthias, Joseph n’en continua pas moins de s’employer à la prédication et aux œuvres de piété; il fut beaucoup persécuté par les Juifs pour la foi du Christ, et fit une fin glorieuse. On dit qu’ayant un jour avalé du poison, sa foi dans le Seigneur le préserva de toute atteinte funeste.

A Cordoue, en Espagne, saint Paul, diacre et martyr. Comme il reprochait à des princes mahométans leur impiété et leur cruauté, et qu’il prêchait le Christ avec un très grand courage, il fut massacré par leur ordre, et alla au ciel recevoir sa récompense.

A Damas, les saints Sabin, Julien, Maxime, Macrobe, Cassie, Paule et dix autres martyrs.

En Lusitanie (auj. le Portugal), sainte Wilgeforte, vierge et martyre. Ayant à combattre pour la foi chrétienne et la chasteté, elle mérita de remporter un glorieux triomphe en mourant sur la croix.

Le même jour, l’anniversaire des saints Flavien, second du nom, évêque d’Antioche, et Elie, évêque de Jérusalem. Exilés tous deux par l’empereur Anastase pour avoir défendu le concile de Chalcédoine, ils allèrent victorieux vers le Seigneur.

Au pays de Boulogne, en France, saint Vulmar abbé, homme d’une admirable sainteté.

A Trèves, sainte Sévère vierge.

L’email a bien été copié

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

57 % 12698 € manquants

17 302 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :