La crise institutionnelle italienne persistante à cause de la pression de l’Union européenne et des pouvoirs financiers précipite l’Italie dans une crise politique et financière sans précédent.

Le stop du président Sergio Mattarella au gouvernement de Giuseppe Conte, le premier ministre choisi par la coalition M5S et la Ligue, et son choix de charger un ancien haut fonctionnaire du FMI, Carlo Cottarelli, « M. Austérité », de former le futur gouvernement italien contre l’avis électoral des Italiens, a précipité l’inquiétude sur les marchés boursiers, déstabilise la zone euro mais aussi les finances italiennes.

La volonté des technocrates bruxellois et des milieux financiers d’imposer leur ligne politique et économique sur les destinées des pays européens est d’autant plus visible avec cette crise italienne. Le commissaire européen au Budget, Gunther Oettinger, interviewé à Strasbourg par DwNews, n’a pas hésité à menacer les Italiens : « Les marchés enseigneront aux Italiens à voter de la bonne manière », ils leur enseigneront « à ne pas voter pour les partis populistes aux prochaines élections ».

Et ce sont ces belles consciences morales européennes qui ne cessent de parler de liberté, de démocratie, de droit des peuples , etc.

Ces déclarations foncièrement honteuses ont déchaîné une salve de commentaires scandalisés dans toute l’Italie. « Ces paroles sont d’une gravité inouïe et sont la preuve des évidentes manipulations que la démocratie italienne a subi ces derniers jours » ont déclaré les membres du parti M5S en invitant le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à démentir les paroles du commissaire.

« Folie. A Bruxelles ils n’ont aucune honte ! » a clamé Matteo Salvini, de la Ligue. « Et ce n’est pas une menace, par hasard… Mais je n’ai pas peur. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Les italiens semblant avoir plus de ressort que les grecs et les français,
    souhaitons que, cette fois-ci, ça fasse pêter l’europe dictatoriale!
    Et europe dirigée par des pourris du genre de Junker (alcoolique invétéré) :
    https://www.businessbourse.com/2018/05/27/laffaire-juncker-un-scandale-au-coeur-de-leurope/

  2. Walker Fiamma Corsa says:

    Je vois mal tout ça. Aussi bien pour l’ Italie que pour l’ Europe.
    Nous avons trop attendu et ils ont à présent trop de pouvoirs dont peut-être celui de nous faire ramper.
    En tout cas la démocratie est finie !

  3. Daniel Daflon says:

    La lutte est engagée en Italie entre les forces patriotiques et le monde dictatorial de l’argent. Une victoire de nos amis italiens est aussi importante pour nous que pour eux. Soutenons les par tous les moyens possibles.

    • sixtine says:

      Rome pourrait devenir le nouveau Londres…..

  4. pamino says:

    Öttinger n’est pas un quelconque tedesco. C’est un Souabe à l’accent ridicule. Les Souabes sont plutôt des protestants proches de leur argent.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

40 % 20.770 € manquants

14230 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 29/01/2019

Il nous reste cependant 20.770 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !