pape_francois_portraitRassurez-vous en utilisant ce mot ce ne sont pas les islamistes qui sont visés par le pape François ; eux qui comme chacun sait œuvrent pour la paix (selon les déclarations papales). Il s’agit des catholiques « traditionalistes ». Ceux-ci sont devenus la tête de turc du pape de la  « miséricorde ».

Le pape a fait une lente et sournoise épuration de tous les évêques considérés comme conservateurs. Les cas les plus emblématiques ont été la suppression des charges à Rome de Mgr Ouellet, du cardinal Burke. La dernière victime récente est Mgr Oliveri à Alberga en Italie. Il y a aussi le démembrement des  Franciscains de l’Immaculée.

Le pape de la « miséricorde » n’a pas de mots trop durs contre ceux qui veulent défendre la foi catholique telle qu’ils l’ont apprise de leurs parents et grands- parents. « Obsédés », « docteurs de la loi » « néo-pélagiens » « repliés sur eux-mêmes », « rigides » « hypocrites ». «  Ils avancent en en nuisant aux autres par la calomnie et la diffamation ».

  • 19 septembre 2013 dans la Revue des Jésuites. « Si le chrétien est restaurationniste, légaliste, il ne trouvera rien… Ceux qui cherchent une sécurité doctrinale exagérée, ceux qui avec opiniâtreté essayent de retrouver un passé qui n’existe plus, ont une vue statique des choses tournée vers l’intérieur. Dans cette direction la foi devient une idéologie parmi d’autres. »
  • Exhortation apostolique Evangelii Gaudium du 26 novembre 2013. « Une solidité supposée de la doctrine ou la discipline conduit plutôt à un élitisme narcissique et autoritaire… s’il devait s’infiltrer dans l’Église, il serait infiniment plus désastreux que tout autre mondanité ».
  • La Vanguardia magazine espagnol. « Les trois religions, nous avons nos fondamentalistes. Un groupe fondamentaliste, bien qu’il puisse ne tuer personne, ne frapper personne, est violent. La structure mentale des fondamentalistes est la violence au nom de Dieu ».
  • À l’adresse faite en fin du fameux synode extraordinaire sur la famille, le 19 octobre il dénoncé «  les traditionnalistes avec leur inflexibilité hostile ». Dans le même texte ils les qualifient « d’idolâtres et de rebelles qui n’arriveront jamais à la plénitude de la vérité… Ils ont souvent fermé leurs cœurs en se cachant derrière les enseignements de l’Église  ou de bonnes intentions… »
  • En janvier 2015 dans la déclaration Le nom de Dieu est miséricorde  sont dénoncé « les docteurs de la loi qui forment la principale opposition à Jésus ; ils le défient au nom de la doctrine. »
  • Interview à Radio Milenium 14 septembre 2015. « Les fondamentalistes tiennent Dieu à l’écart de l’accompagnement du peuple. Ils s’éloignent de lui par l’esprit et transforme celui-ci en idéologie. Ainsi au nom de ce dieu idéologique, ils tuent, attaquent détruisent, calomnient. Ils font de Dieu une idole. ..Dans chaque religion il y a un petit groupe de fondamentalistes qui travaillent à détruire pour le bien d’une idée et pas une réalité ».
  • Dans une allocution à Radio Vatican le 9 juin 2016 était déclaré « Le pape François a mis en garde mardi contre une rigidité excessive de ceux qui dans l’Église nous disent que « c’est ceci ou rien ! » sont hérétiques et pas catholiques ». Ceci semblant viser Mgr Fellay négociant avec Rome une éventuelle reconnaissance officielle de la Fraternité Saint Pie X.

Or vis-à-vis des traditionalistes, ce langage agressif qui n’a rien de miséricordieux ne peut que plaire aux médias ; cela pour les dénoncer à la vindicte publique ; ce qui bien évidemment peut mener à une véritable persécution au nom même des déclarations papales.

Le pape semble oublier les mots de Saint Paul « Frères, tenez-vous debout et maintenez les traditions ». Le canon de la messe traditionnelle millénaire mentionne « tous les croyants orthodoxes de la foi catholique et apostolique ». Par exemple le cardinal Ratzinger avant d’être élu pape avait fait un discours dans lequel on trouve cette phrase : « Aujourd’hui, avoir une foi claire basée sur le Credo de l’Église est souvent étiqueté de fondamentalisme ». Devenu le pape Benoît XVI, il a fait de multiples déclarations demandant de défendre la foi par la « pureté de la doctrine ». Au lieu de s’en prendre à ceux suivent ces demandes vieilles comme l’Église, le pape serait mieux inspiré de dénoncer l’islam conquérant. Où est donc l’hypocrisie qu’il dénonce ?

« Qui suis-je pour les juger ? » avait déclaré le pape de la miséricorde à propos des homosexuels. Qui est-il pour juger les catholiques qui entendent défendre la foi telle qu’elle a été enseignée depuis toujours ?

Jean-Pierre Dickès

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

102 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :