Bien qu’attaché traditionnellement au patrimoine culturel  de la Bretagne, et tirant leur nom du bas-breton dolmin tel qu’il leur fut attribué par Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy dans sa lecture devant l’Académie des Sciences du 25 février 1799, ce n’est pas dans les départements bretons que l’on trouve le plus de ces mégalithes.

En effet, le gros de l’implantation des 4.000 dolmens français couvre l’intérieur d’une zone à l’ouest d’une ligne Saint-Malo/Montélimar mais excluant la rive sud de la Garonne, et ensuite, à l’intérieur d’un triangle Montélimar/Souillac/Perpignan. Plus de la moitié des dolmens français (2.600) sont concentrés dans trois départements : l’Aveyron (1000 dolmens), le Lot (800) et l’Ardèche (800). Les départements de Bretagne ne comptent pas plus de 100 dolmens chacun en ce qui concerne le Finistère, le Morbihan et la Loire-Atlantique, soit dans la même grandeur numérique que les Pyrénées-Atlantiques, la Lozère, l’Hérault et le Gard.

La Corse compte exactement 51 dolmens, les autres départements au-dessus des 50 dolmens  sont pour la plupart dans la zone précédemment mentionnée : Côte d’Armor, Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Haute-Vienne, Creuse, Gironde, Pyrénées-Orientales, Corrèze, Dordogne et Tarn-et-Garonne ; mais également hors de celle-ci : Var, Eure-et-Loir et Loir-et-Cher.

9 départements français sont sans aucuns dolmens : Paris, les trois départements de la petite couronne et l’Essonne, mais aussi les 3 départements alsaciens (« ce qui prouve bien que ne sommes pas des Gaulois Français mais des Germains Allemands ! » me susurre  un de mes correspondant alsacien nostalgique du Saint-Empire…). Plus curieusement, le département de l’Ain est lui-aussi  totalement dépourvu de dolmens. La totalité des anciennes régions Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Rhône-Alpes (sauf l’Ardèche) et Haute-Normandie comptent moins de 10 dolmens par départements, ainsi que la Touraine, le Berry, la Bourgogne (sauf le Côte d’Or), la Picardie (sauf l’Oise), la Franche-Comté (sauf la Haute-Saône), les Alpes de Hautes-Provence, les Landes, le Gers, la Haute-Garonne et le Calvados.

Le plus grand dolmen de France n’est d’ailleurs pas non plus en Bretagne, mais en Anjou, très précisément à Bagneux, sur la commune de Saumur, long de 17,30 mètres. Il possédait un tumulus dont l’existence fut attestée jusqu’à 1847. Un squelette poignardé au flanc avec un couteau de pierre y fut découvert peu avant 1839.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :