Pérou – La Conférence épiscopale péruvienne (CEP) a annoncé le vendredi 7 novembre avoir remis au ministère de l’Éducation une pétition de 135 000 signatures demandant au gouvernement de ne pas exclure les cours de religion des programmes scolaires.
La remise des formulaires de pétition a été faite après une conférence de presse tenue à 19h00 à l’auditorium Saint-Antoine de Padoue,  dans le quartier de Jésus Maria, lors de l’inauguration d’un séminaire international de l’enseignement catholique.

Les écoliers catholiques péruviens savent se tenir !

Le cardinal Juan Luis Cipriani, archevêque de Lima et primat du Pérou; Mgr Salvador Pineiro Garcia Calderon, archevêque de Ayacucho et président de la Conférence épiscopale péruvienne; Mgr Paul Fortunato Urcey, évêque de Chota et Secrétaire de la CEP, et Mgr Javier Martín Travieso, président de la Commission épiscopale pour la culture et l’éducation de la CEP participaient à cette entrevue. Le ministre de l’Éducation, Jaime Saavedra, et ses conseillers étaient également présents.

Les évêques ont remis les milliers de signatures de parents et d’éducateurs du pays, demandant de ne pas exclure l’enseignement religieux dans les programmes scolaires.

Cette pétition a été lancée parce que le ministère de l’Éducation a publié un document intitulé «Proposition nationale d’un programme d’études pour le dialogue», proposant huit leçons de base sans qu’aucune d’entre-elles ne mentionne la dimension spirituelle et religieuse.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La vérité à la France

La France est arrivée à un moment solennel où il est nécessaire de lui dire la vérité. Si elle peut l’entendre, elle refera ses forces presque épuisées, elle reprendra une marche sûre, véritablement et solidement progressive; si elle ne peut pas l’entendre, elle marchera à une ruine certaine, à un abaissement dont elle ne se relèvera jamais.

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :