Philippe de Villiers, l’ancien député, ancien secrétaire d’Etat à la Culture sous Chirac, qui fut durant sa carrière politique toujours allié de la droite molle contre le front National de Jean-Marie Le Pen, évoluant sur le tard en champion du « populisme » dont il se revendique aujourd’hui, fondateur génial du Puy-du-Fou, et souverainiste convaincu, serait-il devenu le nouveau sauveur d’Emmanuel Macron ? Afin de lui rallier, pour les futures présidentielles les voix de l’électorat bourgeois de droite et souverainiste ?  A entendre son récent entretien avec Ruth Elkrief, on peut raisonnablement se le demander.

Tout en exonérant d’une quelconque responsabilité le président de la République concernant la gestion calamiteuse du confinement et déconfinement, Villiers  a dévoilé les confidences amères de Macron, qu’il semble partager, sur son premier ministre alors qu’Edouard Philippe monte dans les sondages. Une manière de dire aux Français qui l’écoutent, Macron c’est bien, Philippe c’est mal : 

« J’ai eu une conversation le 17 mai avec Emmanuel Macron, je lui ai demandé pourquoi Édouard Philippe fait ça, pourquoi il ne déconfine pas plus vite ? Pourquoi les mêmes qui interdisaient les masques nous obligent quand ce n’est plus nécessaire ? Il m’a dit “il gère son risque pénal”. Il y avait un désaccord entre eux et Macron est amer de voir que Philippe est plus populaire, il [Emmanuel Macron] voulait déconfiner plus vite. C’est ce qu’il m’a dit. Il m’a dit : ‘sinon, le pays va crever’. »

« On pouvait faire comme d’autres pays, et comme on a fait le déconfinement, un confinement ciblé. On pouvait le faire géographiquement en définissant des périmètres sur Mulhouse et l’Oise, et laisser vivre le reste de la France », a-t-il poursuivi.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. À l’intention de tels boni-menteurs experts dans le commerce des faux-semblants; mon défunt ami le baron de M. – de la plus ancienne noblesse qui se puisse trouver en France – avait un qualificatif cinglant passé dans mon propre vocabulaire: « des farceurs ». L’œil vif, il ponctuait son mépris d’un léger sourire poliment amusé. Pour être promu tartuffe, il faudrait au sieur de Villiers plus de dispositions. Les deux emplois sont méprisables.

  2. Nullisime ,idiot utile ,sang bleu ,,,langue de bois ,,,le frere de son frere ,,,,poub ,,,,pour etre pote avec tiped ,,tout est dit ,,,,meme fratrie que les leotar,,on se partage la gestion de popu ,,,du cheptel ,,

  3. Ce n est que par dépit que cet arriviste notoire s est converti à la rhétorique populiste. Ses maîtres l ayant jeté après avoir constaté son insignifiance, il a donc opté par arrivisme pour le discours contestataire comme moyen d attirer leur attention.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.