Dans un monde où la valeurs des actions tourbillonnent, il est typiquement français d’investir dans des « valeurs refuges » qui sont souvent des valeurs sûres : l’or et la pierre. Parmi toute la gamme de choix en matière de placement immobilier, il y a la location meublée.

L’investissement locatif en LMNP consiste à acquérir un bien immobilier meublé et à la mettre en location.

La location meublée présente des avantages séduisants pour le bailleur. L’avantage principal est la maîtrise de l’imposition pour les revenus locatifs, car l’administration fiscale applique un abattement forfaitaire de 50 % sur les revenus générés, représentatif des charges. Autre atout du statut, le cadre juridique, et notamment la durée du bail, est plus souple. Si l’investisseur opte pour un meublé en résidence de services, il peut en plus bénéficier des avantages de l’amendement Censi-Bouvard, comme la réduction d’impôt de 11 % sur le prix d’acquisition. De plus, le bail pour une location meublée est moins contraignant que pour une location nue. On peut aussi récupérer la TVA réglée lors de l’acquisition (définitivement acquise au bout de 20 ans) Si le propriétaire investit en Censi-Bouvard, il peut profiter simultanément des avantages suivants : réduction d’impôt de 11 % du prix investi hors taxe dans le bien ; gestion locative facilitée, car le bien est entièrement géré par le gestionnaire ; loyers garantis même si le bien n’est pas occupé (bail commercial)

La location meublée, même non professionnelle, est une activité commerciale. Les profits qui en découlent sont taxés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et non comme des revenus fonciers, un gros avantage pour les bailleurs car ils ne sont pas inscrits au registre des commerces et des sociétés et/ou qui ne retire de l’activité de location meublée qu’un montant de recettes annuelles inférieur ou égal à 23.000 euros ; les loyers perçus pour les biens meublés loués ne sont pas taxés comme des revenus locatifs classiques ; soumission au régime micro-BIC si les loyers encaissés ne dépassent pas 70.000 euros, 170.000 pour les gîtes ruraux (sous condition), ­meublés de tourisme et chambres d’hôtes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

Les commentaires sont fermés