Matthieu Beurier dit Antoine Baltier
Matthieu Beurier dit Antoine Baltier

« Devant la face hideuse du danger, Sir Robin a tourné bravement les talons et fui courageusement comme un larron, il a victorieusement battu en retraite ». C’est en voyant le prétendu Antoine Baltier interrogé par une journaliste du Figaro qui m’est revenu à l’esprit cette parodie des Chevaliers de la Table Ronde des Monty Python.

Soyons clair, il y a pas plus d’Antoine Baltier que de beurre en broche, d’arêtes dans une dinde ou de Pères-Noëls exigeant le respect du haut des cheminées…  Alors qui est cet individu ? Tout simplement (sauf confusion peu probable avec Rémi Langeux) Mathieu Maye, de son vrai nom Matthieu Beurier. Il fallait le voir se cacher derrière son livre pour ne pas qu’on voit son visage, tremblant de trouille à l’idée qu’on le reconnaisse. Toute honte bue, il ose déclarer : « qu’il cache son visage par crainte pour sa sécurité »… Son entretien n’a d’ailleurs pas grand intérêt et est dans le classique de la propagande bobolchevique : mépris de classe, cathophobie, mentalité brejnevienne nostalgique des camps de rééducation, complexe de supériorité avec sentiment de détenir l’unique vérité… Si les lecteurs y voient un intérêt, je peux toujours analyser et décrypter son entretien, aussi passionnant qu’un Nancy-Bordeaux époque Correa/Ricardo.

Le problème de Monsieur Baltier, c’est que, comme tous les antifas, il n’est pas très intelligeant. Il veut garder son anonymat, mais se vante d’être le co-auteur d’un livre sur « l’intégrisme catholique ». Son bouquin « Comment devient-on un électeur du Front National », est publié aux éditions du Cherche-Midi. Or, des livres coécrits sur le sujet, il n’y en a pas six millions… Il n’y en a qu’un : « Voyage au cœur d’une France fasciste et catholique intégriste », très fraternellement préfacé (trois points c’est tout) par Maillard ci-devant Morandais (puisque ce monsieur se dit républicain, respectons-en les us), responsable pour l’Assemblée Nationale de la secte conciliaire.

Mathieu Maye, se prétendant « journaliste », a eu sa sinistre heure de gloire en trompant la confiance des gens, méthodes typiques de l’extrême gauche, et réalisé une émission totalement délirante sur France 2, produite par le militant trotskyste Hervé Chabalier, autour du groupe nationaliste Dies Irae et de l’école du Saint-Projet à Bordeaux, dépendant de l’Institut du Bon pasteur (ralliés à Rome). On se souvient notamment de la prétendue « cave » de l’Eglise Saint-Eloi et du « néo-nazi » citant un ouvrage d’Andrew Mc Donald et qui s’était avéré être… un militant antifa encarté chez Besancenot, démasqué grâce à la vigilance de nos confrères de Minute. Cette campagne de haine avait amené notamment le saccage de la devanture de la maison d’un militant nationaliste et surtout un énième bris de devanture de la librairie catholique de Madame Lundi à Bordeaux par Clément Beuselinck-Doussin, par ailleurs journaliste à Sud-Ouest, moralement cautionné par sa direction.

Ce genre de méthode est classique, pour avoir vécu 25 ans en zone communiste, j’en sais quelque chose. Le témoignage de Maître Denis Merlin, beau-frère des abbés Laguérie, est à ce sujet édifiant : un couple de membres du PCF avait réussi à gagner son amitié et avait photographié sa femme et ses 9 enfants, le mari architecte orientant les discussions pour faire tenir à l’avocat fiché comme « intégristes » des propos réprimés par la loi, propos qui auraient été bien entendu enregistrés. Le colonel de Richoufftz, celui-là même que j’évoquais dans mon article sur l’Opération Ronces, expliquait dans son roman d’anticipation comment le PCF et la CGT possédaient des fiches sur leurs ennemis. Les antifas fichent également. Il ne faut pas cliquer longtemps sur Google pour voir que ces « experts de l’extrême droite » que sont par exemple Nicolas Lebourg, Stéphane Crépon et autres, accueillis à bras ouvert par les cadres du FN alors qu’ils ne cachent même pas leur intention de lui nuire, ont des liens avec les délateurs d’extrême gauche. La naïveté des gens de la droite nationale m’étonnera toujours. Imaginez-vous en 1915 un général français dire : « le général von Grossbadern est un homme correct, je lui ai fait visiter nos réseaux de fortification » ? Imaginez-vous en 1942 un chef de réseau de la résistance dire « le Standartenführer Schlag est un grand intellectuel, j’ai dîné avec lui à sa demande pour lui expliquer les buts de la résistance qu’il étudie avec honnêteté » ?

Dans les milieux du catholicisme de résistance, les références aux valeurs de la chevalerie sont nombreuses, et c’est une excellente chose. Mais comme Saint Pie X disait qu’on ne faisait pas la guerre avec la charité, il faut également rappeler que la guerre de chevalerie, cela ne marche qu’entre chevaliers. Quand on a affaire à des cloportes, ce n’est pas la même guerre, le problème est différent et la solution itou. C’est ce que n’a pas compris Bonchamps. C’est ce que n’ont pas compris les Cristeros. C’est ce qu’a compris Mannerheim. C’est ce qu’a compris Franco. Les deux premiers ont perdu, les deux derniers ont gagné…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :