Après un an d’enquête, les journalistes d’ExtraMuros et de Reflets.Info révèlent comment des entreprises privées ont fait main basse sur les juteux marchés public des radars et comment elles ont surfacturé de nombreuses prestations. Tout cela avec la complicité passive de l’Etat.

Selon public-senat, ” Anticor tente depuis septembre de relancer les investigations sur des marchés publics concernant des radars automatiques remportés par Atos… Anticor soupçonne Atos, spécialisée dans les services numériques, et Morpho (ex-Sagem), à l’époque l’une des filiales du groupe Safran, d’avoir été favorisées dans les attributions de marchés publics et souligne le passé politique de plusieurs de leurs dirigeants comme ayant pu “influer sur la signature des contrats”.”

Le capital d’Atos est détenu pour environ 5% par BlackRock.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. Je me réjouis quand je vois la photo d’un “radar” cramè ou éclaté (comme en Bretagne ) mais pas que ….
    Du fric en moins pour “barbe” et la vieille folle qui l’accompagne et qui se payent de belles vacances sur le dos des rackettés ! D’ailleurs la SR devrait sauter car elle ne sert à RIEN , juste à encaisser .

  2. Daniel PIGNARD says:

    Oui, eh bien voilà ce que nous dit la loi :
    ART. 2. — Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la RESISTANCE A L’OPPRESSION.
    ART. 4. — La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
    (Rouler à sa main ne nuit pas à autrui)
    ART. 5. — La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société.
    (Rouler à sa main ne nuit pas à la société)
    ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale.
    (La volonté générale, c’est qu’on nous foute la paix sur les routes pour rouler à notre main)
    ART. 8. — La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires,
    (Les PV à 45 puis 90 puis 180 euros sont donc interdits)
    ART. 9. — Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable,
    (Le conducteur doit donc être obligatoirement identifié)
    “Aucune peine ne peut être appliquée si la juridiction ne l’a pas expressément prononcée.” (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)
    (Donc il faut passer devant une juridiction pour pouvoir se défendre)

  3. A tous les fous du volant, assassins en puissance…

    Vous critiquez les radars, seule façon de canaliser vos pulsions criminelles, votre égoïsme,

    Et vous critiquez les radars, alors que vous vous prétendez chrétiens… “tu ne tueras pas”

    Je roule, je tue, j’estropie,… bah, je suis assuré… bah, ce sont les risques de la route…, bah, ils n’avaient pas besoin de me croiser à ce moment.

    Je vous souhaite, un jour, peut-être, de voir, sur le bitume, sous un drap blanc, à la curiosité de tous, votre enfant, votre femme, votre mari, votre père, votre mère.

    Je vous souhaite, un jour peut-être d’avoir en tête, nuit et jour, comme une obsession, le nom et le prénom de la personne, adulte ou enfant , que vous aurez tué.

    Le respect de son prochain et de Dieu commence par des petites choses, des toutes petites choses.

    • In Radar we trust..

      Vous savez que tous ceux qui critiquent les radars ne sont pas des fous du volant ni des assassins en puissance ou accomplis, ou bien?

      • Cela dit, la majorité des automobilistes et deux-roues sont extrêmement dangereux sur la route. Combien respectent les limitations de vitesse, alors que la vitesse est la première cause de mortalité sur la route (il y a plus d’accidents en ville qu’à la campagne, mais en ville ils font moins de morts parce que la vitesse est bien moindre) ?
        Je dirais que 10 % des automobilistes sont à peu près raisonnables sur la route et que 20 % sont des dangers publics en permanence.

        Quand on a entre les mains un engin qui fait une tonne ou plus (pour transporter 50 ou 100 kg, cherchez l’erreur), qui mesure plusieurs mètres de long et que cet engin carrossé est lancé à plus de 100 km à l’heure, on est extrêmement dangereux. On dispose en même temps d’une arme et d’une armure. C’est redoutable pour les plus fragiles : les piétons, les cyclistes, les personnes en fauteuil, tous ceux qui n’ont pas cette armure.

        Au sujet de la conduite sur la route, je me souviens d’une phrase très juste de Guy Gilbert (sans être « fan » du personnage par ailleurs !) : « Il ne faut pas diluer sa propre responsabilité dans une grande irresponsabilité commune. »
        Nous avons souvent tendance à diluer notre propre responsabilité dans une grande irresponsabilité commune. Cette phrase peut s’appliquer à beaucoup de domaines. Je me la répète parfois.

        Les radars coûtent une fortune au contribuable. Il est regrettable que, pour abaisser un chouïa la vitesse sur les routes, il faille brandir en permanence la menace de la pénalité financière. Je serais pour ma part favorable à un bridage des véhicules. Cela permettrait peut-être aussi de débrider les muscles, qui eux ne sont soumis à aucune limitation mais qui sont pourtant bien souvent inutilisés. La propulsion musculaire est plus économique que la propulsion pétrolière, et moins nuisible, autant en profiter.

        • Tchetnik says:

          Le problème étant que ces radars – souvent placés dans des zones sans danger – ne sont pas faits pour “responsabiliser” les conducteurs, mais pour les racketter.

          Ce d’autant plus que la vitesse n’est pas le seul paramètre en matière d’accidents, il s’en faut de beaucoup.