Ouest France rapporte que l’Assemblée nationale a adopté mercredi des restrictions du droit du sol à Mayotte. Les députés ont approuvé l’article sénatorial qui exige pour les enfants nés à Mayotte que l’un de ses parents ait, au jour de la naissance, été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois.

A l’Assemblée, Ramlati Ali, parlementaire mahoraise, a lancé un appel à réagir à la « situation urgente » du département, « où 74 % des enfants naissent de mère étrangère » après une traversée maritime souvent périlleuse depuis les Comores. Elle a précisé : « La maternité de Mayotte est devenue la première de France, avec 10 000 naissances par an. À ce rythme il faudrait construire une classe par jour alors que déjà les élèves ne peuvent aller à l’école qu’en rotation le matin ou l’après-midi ».

On aimerait que nos députés ne se limitent pas à se préoccuper de la situation migratoire à Mayotte. En ce domaine, la Métropole n’est pas en reste.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. LANKOU RU says:

    Et qu’est ce que les ‘mahorais » ont fait il y a quelque temps ? Ils ont pourchassé les envahisseurs avec force .

  2. Pierre Gouverneur says:

    Obtenir la nationalité française, cela améliore l’existence, grâce aux Français qui contribuent …

  3. Daniel Daflon says:

    Les pondeuses travaillent sans relache pour peupler la france de petits bonobos.

  4. Geneviève says:

    « l’article sénatorial qui exige pour les enfants nés à Mayotte que l’un de ses parents ait, au jour de la naissance, été présent de manière régulière sur le territoire national depuis plus de trois mois. »

    Demi-mesure, voire quart de mesure !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com