Sanctoral

De la férie : messe du II° dimanche de l’Avent

Notre-Dame de Guadalupe, Patronne de l’Amérique Latine

Un samedi, 9 décembre 1531, un pieux Indien du nom de Juan Diego se rendait de son village à Mexico pour y satisfaire sa dévotion. Comme il passait au pied du Tepeyac, la plus haute des collines qui entourent la ville, il entendit tout à coup une musique céleste descendre jusqu’à lui. Irrésistiblement attiré vers le sommet de la colline, il en fait l’ascension et dans une lumière resplendissante bordée d’un iris aux plus vives couleurs, il aperçoit une Dame incomparablement belle, souriante et radieuse de bonté: «Juan, Mon fils bien-aimé, dit l’Apparition, où vas-tu? — Madame, je vais à Mexico entendre la messe en l’honneur de la Vierge. — Ta dévotion M’est agréable, reprit l’Inconnue; Je suis cette Vierge, Mère de Dieu. Je désire que l’on Me bâtisse ici un temple magnifique d’où Je répandrai Mes faveurs et ferai voir Ma compassion envers tous ceux qui M’invoqueront avec confiance. Va trouver l’évêque de Mexico pour l’instruire de Ma volonté.» Juan Diego se hâte de transmettre le message, mais le prélat le prend pour un illuminé et le congédie. Diego retourne au Tepeyac, y retrouve la Très Sainte Vierge qui le renvoie une seconde fois auprès de l’évêque. Cette fois, on lui ménage meilleur accueil, mais l’ecclésiastique exige quelque témoignage certain de la volonté du ciel. Le dix décembre, Juan Diego revoit la Vierge qui promet le signe demandé pour le lendemain, mais Diego passe toute cette journée là auprès de son oncle gravement malade. Le douze décembre, pressé de trouver un prêtre à Mexico pour administrer les derniers sacrements au moribond, Diego passe rapidement devant la colline, mais au détour de la route, il se trouve subitement en présence de l’Apparition. «Ton oncle est guéri, dit la Très Sainte Vierge, va au haut de la colline cueillir des roses que tu donneras à l’évêque de Mexico.» Ce n’était point la saison des fleurs et jamais la roche nue du Tepeyac n’avait produit de roses. L’humble paysan obéit néanmoins sans hésiter et trouva un merveilleux parterre de roses fraîches au sommet du monticule. Il en cueillit une brassée, et les tenant cachées sous son manteau, il s’achemina vers l’évêché. Lorsque Juan Diego fut introduit devant le prélat, deux miracles au lieu d’un frappèrent les yeux de l’évêque stupéfait: la gerbe de roses vermeilles et l’image de l’Apparition peinte à l’insu de Diego sur l’envers de son paletot. Aussitôt que leurs yeux rencontrèrent l’image bénie de la Sainte Vierge, tous les témoins du prodige tombèrent à genoux, muets de joie, sans pouvoir faire autre chose que d’admirer la beauté surhumaine de leur Mère du ciel. Se relevant, l’évêque enlève le manteau des épaules du pieux Mexicain et l’expose dans sa chapelle en attendant d’élever un sanctuaire qui puisse renfermer cette relique sacrée. Tous les habitants la ville se rassemblèrent à l’évêché pour honorer l’image miraculeuse que Marie Elle-même venait de léguer si gracieusement à Ses enfants de la terre. Le jour suivant, treize décembre, l’évêque de Mexico se rendit sur la colline de l’Apparition suivi d’un grand concours de peuple. Il voulait voir l’endroit exact où la Très Sainte Vierge S’était montrée à Son fils privilégié, Juan Diego. Ce dernier ne crut pas pouvoir le déterminer avec précision. Marie vint le tirer d’embarras par un nouveau miracle: une source jaillit soudainement, désignant le lieu précis de l’Apparition. Depuis, cette source n’a cessé de couler et d’opérer des guérisons miraculeuses. La Reine du Ciel Se montra une cinquième fois à Son humble serviteur et lui révéla le titre sous lequel Elle désirait être invoquée. «On M’appellera, dit-Elle: Notre-Dame de Guadalupe». Ce mot venu d’Espagne, mais d’origine arabe, signifie: Fleuve de Lumière. Conformément à la demande de la Mère de Dieu, on éleva une grandiose basilique sur la colline du Tepeyac où l’on vénéra la sainte image de Marie imprimée dans le manteau du voyant. Tout au cours des âges, d’innombrables et éclatants miracles témoignèrent de l’inépuisable bonté de Notre-Dame de Guadalupe.

Sainte Adélaïde, Impératrice

Adélaïde, fille de Rodolphe II, roi de Bourgogne, naquit en 931. Dieu lui avait donne pour mère une femme de très grande piété, et à elle-même de très nombreuses dispositions à la vertu. Elle n’avait que seize ans, lorsque Hugues de Provence, devenu roi d’Italie, l’obtint pour son fils Lothaire. Mais son bonheur conjugal fut de courte durée. Trois ans après, Bérenger, marquis d’Ivrée, se jetait sur les États de Lothaire, le faisait prisonnier avec Adélaïde et leur fille Emma. Menacé de l’intervention de l’empereur de Constantinople, Bérenger fit disparaître Lothaire. Il se proposait de faire d’Adélaïde sa bru ; mais celle-ci s’y refusa énergiquement. Il l’enferma alors dans une forteresse, d’où la courageuse princesse trouva le moyen de s’évader et de se réfugier à Canossa. Le roi de Germanie, Otton II saisit avec empressement cette occasion d’intervenir dans les affaires d’Italie : il mit en déroute les troupes de Bérenger et délivra Adélaïde, assiégée. Otton conçut alors le projet d’épouser la jeune veuve. Celle-ci, encouragée par le pape Agapit, accepta de devenir reine de Germanie (951). Elle devint impératrice en 972. Oublieuse des graves torts de Bérenger à son égard, elle poussa la générosité jusqu’à obtenir que ses Etats lui fussent restitués. Comme mère, Adélaïde s’efforça de faire de son fils Otton un prince vraiment chrétien; mais l’inconstance et l’inconduite de ce fils devaient être pour elle la cause de douloureux chagrins. — L’empereur Otton avait obtenu pour ce fils la main de Théophanie, fille de l’empereur de Constantinople. Ce mariage fit de la vie d’Adélaïde un véritable martyre. À la mort d’Otton, son fils lui succéda sous le nom d’Otton II. Lassé de la tutelle de sa sainte mère, il abandonna toute l’influence à son intrigante épouse. Sentant qu’elle était de trop dans cette cour, Adélaïde se retira dans une retraite au pays de Vaud. Mais la voix populaire ne tarda point à réclamer le retour de la sainte impératrice. Otton se rendit à ce désir et rappela sa mère. Peu après cette réconciliation, Otton mourut subitement à Rome (décembre 983), à l’âge de vingt-neuf ans. Adélaïde ayant fait reconnaître son petit-fils, Otton III, par les princes allemands, reprit auprès de lui le rôle qu’elle avait rempli auprès de son père. De nouveau elle rencontra la jalouse opposition de sa bru, l’ambitieuse régente. «La main de Dieu me frappe, disait Adélaïde, pour me guérir de mes faiblesses, surtout de mon amour-propre et de la séduction du monde.» La mort la délivra de cette bru en 994. Les seigneurs la prièrent alors d’assurer de nouveau la régence. Malgré ses répugnances, elle s’y résigna: par sa sagesse et son habileté le nouveau règne s’affermit. Mais dès qu’Otton III eut été déclaré majeur (996), Adélaïde se retira en Bourgogne, son pays natal, réconcilia ses deux neveux près d’en venir aux mains, et se fixa a Seltz en Alsace. Après avoir partagé aux pauvres et aux monastères le peu qui lui restait, elle exhala son âme dans le sein de Dieu, le 16 décembre 999, a l’âge de soixante-neuf ans.

L’email a bien été copié

 

Martyrologe

A Alexandrie, les saints martyrs Épimaque et Alexandre. Sous l’empereur Dèce, ils restèrent longtemps dans les chaînes et souffrirent diverses sortes de supplices; demeurant fermes dans la foi, ils furent livrés aux flammes. Saint épimaque a sa fête commune avec le martyr saint Gordien, le 6 des ides de mai (10 mai).
A Rome, saint Synèse martyr, qui fut ordonné lecteur au temps du bienheureux pape Sixte II. Comme il convertissait au Christ beaucoup d’infidèles, il fut accusé devant l’empereur Aurélien; frappé d’un coup d’épée, il reçut la couronne du martyre.
Le même jour, les saints Hermogène, Donat et vingt deux autres martyrs.
A Trèves, les saints Maxence, Constance, Crescent, Justin et leurs compagnons martyrs. Ils souffrirent durant la persécution de Dioclétien sous le préfet Rictiovare.
A Alexandrie, les saintes Ammonaria vierge, Mercurie, Denise et une autre Ammonaria. La première, pendant la persécution de Dèce, surmonta toutes sortes de tourments inouïs et termina heureusement sa vie par le glaive; quant aux trois autres, honteux de se voir vaincu par des femmes, et craignant que, s’il exerçait sur elles les mêmes cruautés que sur Ammonaria, il ne fût contraint de céder à leur inébranlable constance, le juge les fit aussitôt décapiter.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

Les commentaires sont fermés

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :