Sanctoral 

Notre-Dame du Perpétuel Secours

De style byzantin, peinte sur bois et à fond d’or, l’image de Notre-Dame du Perpétuel-Secours mesure environ 50 centimètres de haut. La Vierge y apparaît avec Son divin Enfant; sur leurs fronts brille une auréole d’or. Deux anges, l’un à droite et l’autre à gauche, présentent les instruments de la Passion à l’Enfant-Jésus effrayé, tandis que la Sainte Vierge regarde la scène pathétique avec une douleur calme et résignée. Après avoir été longtemps vénérée en Crète, des habitants de cette île qui fuyaient une invasion turque à la fin du XIVe siècle, apportèrent l’image de Notre-Dame du Perpétuel-Secours à Rome. A l’invocation de Marie, sous le titre de Notre-Dame du Perpétuel-Secours, le navire qui transportait Sa sainte image fut sauvé d’une terrible tempête. Le 27 mars 1499, après avoir parcouru triomphalement les rues de la ville éternelle, précédé du clergé de Rome et suivi du peuple, le portrait de la Vierge du Perpétuel-Secours fut placé au-dessus du maître-autel de l’église St-Matthieu, près de Ste-Marie-Majeure. Grâce aux soins des religieux augustins, la sainte image devint l’objet d’un culte très populaire que Dieu récompensa au cours de plusieurs siècles, par de nombreux miracles. Pendant les troubles de la Révolution de 1789-1793, les troupes françaises qui occupaient Rome détruisirent l’église St-Matthieu. Un des religieux qui desservaient ce sanctuaire eut le temps de soustraire secrètement la Madone miraculeuse. Il la cacha avec tant de soin, que pendant soixante ans, on se demanda ce qu’était devenu la célèbre peinture. Dieu permit qu’un concours de circonstances providentielles fit redécouvrir l’image vénérée. En 1865, afin de rendre la pieuse représentation aux mêmes lieux où on l’avait priée jadis, Pie IX ordonna de la rapporter sur l’Esquilin, dans l’église St-Alphonse-de-Liguori bâtie dans l’enceinte où se trouvait autrefois l’église St-Matthieu. Le 26 avril 1866, les Rédemptoristes intronisèrent solennellement Notre-Dame du Perpétuel-Secours en leur chapelle. Depuis ce temps, grâce au zèle des fils de saint Alphonse et aux innombrables miracles obtenus dans leur pieux sanctuaire, la dévotion à Notre-Dame du Perpétuel-Secours a pris un essor extraordinaire. Le 23 juin 1867, afin de reconnaître et de perpétuer le souvenir de ces précieuses faveurs, le vénérable Chapitre du Vatican couronna la sainte image avec grande pompe.

En 1876, le pape Pie IX érigea une Archiconfrérie dans l’église St-Alphonse, sous le vocable de Notre-Dame du Perpétuel-Secours. Aujourd’hui, la Sainte Vierge est invoquée sous ce vocable dans la plupart des églises d’Occident.

Saint Ladislas, Roi de Hongrie

Saint Ladislas fut appelé au trône de Hongrie, l’an 1080, par la libre volonté du peuple. Bien différent de la plupart des puissants de ce monde, qui n’aspirent qu’aux grandeurs passagères, Ladislas ne recherchait que la vraie grandeur, celle que l’on acquiert par la vertu. Dès sa jeunesse il était admiré de tout le monde pour sa chasteté, sa modestie, sa piété, sa tendresse envers les pauvres. Il n’avait pas seulement l’âme d’un Saint, mais toutes les qualités d’un roi. Nul, dans toute la Hongrie, n’était de taille plus grande ni de port plus majestueux que lui; les fatigues de la guerre, les graves occupations de la paix lui convenaient également. Il recevait tout le monde avec la plus grande affabilité, et les moindres de ses sujets pouvaient en confiance venir lui réclamer justice; ses jugements équitables, semblables à ceux d’un père plutôt que d’un maître, étaient agréés de tous; aussi la voix publique lui donna-t-elle le beau nom de Pieux. La vie de Ladislas en son palais était fort austère; sa table, il est vrai, était royalement servie, mais il n’y prenait que ce qui lui était nécessaire; il jeûnait même souvent, se refusait l’usage du vin, couchait sur la dure, mortifiait son corps et, par ces moyens, triomphait des périls que courent les rois au milieu de l’éclat et de la mollesse des cours.

Ennemi des amusements frivoles, il donnait tout son temps aux exercices de piété et aux devoirs de son état, ne se proposant en tout que la plus grande gloire de Dieu. La religion était tout pour lui; fort conciliant quand il s’agissait de sa personne, il ignorait les demi-mesures quand il s’agissait de maintenir les droits de l’Église ou de défendre son pays. Pas un pauvre ne sortait de son palais sans avoir reçu quelque soulagement à sa misère: chaque genre de besoin trouvait près de lui un secours assuré. Les églises magnifiques qu’il fit construire sont un nouveau témoignage de la religion de ce grand prince et de son zèle à favoriser le développement du culte chrétien chez un peuple encore à demi barbare et à demi païen. Du reste, Ladislas ne se contentait pas de travailler à la conversion des autres, il était le modèle de tous, une sorte de loi vivante, qui enseignait à chacun ses devoirs. Son palais était si édifiant, qu’on n’y entendait ni jurements, ni paroles inconvenantes; les jeûnes y étaient fidèlement observés; en un mot, on eût dit moins une cour royale qu’une maison religieuse.  Ladislas avait été choisi pour commander en chef la première croisade, quand Dieu l’appela à Lui, le 30 juillet 1095. Il fut canonisé par l’Église catholique sous le nom de saint Ladislas ou saint Ladislas de Hongrie sous le règne de Béla III, en 1192.

Martyrologe

En Galatie, saint Crescent, disciple du bienheureux apôtre Paul. Passant dans les Gaules, il convertit par sa prédication un grand nombre d’infidèles à la foi du Christ; retournant ensuite vers le peuple auquel il avait été spécialement donné pour évêque, il affermit les Galates dans l’œuvre du Seigneur jusqu’à la fin de sa vie, qu’il termina sous Trajan par le martyre.

A Cordoue, en Espagne, saint Zoïle et dix-neuf autres martyrs.

A Césarée de Palestine, saint Anecte martyr. Durant la persécution de Dioclétien, sous le préfet Urbain, après avoir exhorté les autres au martyre et renversé les idoles par sa prière, il fut battu de verges par dix soldats, eut ensuite les mains et les pieds coupés, puis la tête tranchée, et reçut ainsi la couronne du martyre.

A Constantinople, saint Sampson prêtre, qui s’adonnait aux soins des pauvres.

Dans la place forte de Chinon, en France, saint Jean, prêtre et confesseur.

A Varadin, en Hongrie, saint Ladislas roi, dont la sainteté brille aujourd’hui encore par d’éclatants miracles.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés