Le capitaine du Sea Watch, Carole Rackete, explique à Tomas Statius pour Le Nouvel Observateur, que la France a refusé, tout autant que l’Italie, l’accostage du Sea Watch :

« Nous avions demandé l’autorisation au gouvernement français pour débarquer à Marseille, mais personne ne nous a répondu. » « Nous avons contacté le port de Marseille pour savoir si nous pouvions accoster. La demande a été aussi faite au préfet, jusqu’au président de la République. Mais personne ne nous a répondu. Aucune réponse est arrivée. »

Pourtant, le gouvernement français n’avait pas eu de mots assez forts pour fustiger la fermeté de l’exécutif italien qui avait interdit au bateau de l’ONG d’amarrer. « Le comportement du vice-premier et ministre de l’Intérieur italien sur la question des migrants n’est pas acceptable. L’Italie n’est pas un pays indigne mais il n’est pas à la hauteur concernant l’accueil » avait déclaré le porte-parole du gouvernement Macron, Sibeth Ndiyaye, au plus fort du face à face entre Salvini et Rackete. Paroles de critiques dures envers Rome et Salvini qui avaient fait le choix de nier l’accostage au Sea Watch et à son chargement de migrants.

Paroles toute d’hypocrisie du gouvernement Macron qui d’un côté veut conserver, au grand jour, auprès de la bonne conscience morale universelle immigrationniste, son image altruiste et de l’autre côté veut, furtivement et incognito, limiter l’invasion migratoire sur le sol français, de moins en moins acceptée par les Français.

De l’Élysée n’est arrivé, pour l’instant, aucune confirmation des propos de Rackete ni de démenti.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :