Malgré les campagnes médiatiques et le soutien influent des stars hollywoodiennes, la galaxie Lgbt perd de popularité aux États-Unis là où elle devrait, en théorie, croître : auprès des jeunes américains.

C’est le constat qui ressort d’une enquête destinée à connaître le degré « d’acceptation » des personnes Lgbt et réalisée par Harris Poll pour le compte de Glaad, une organisation centrée sur l’activisme arc-en-ciel.

Plus précisément, avec ce sondage, il apparaît que parmi les jeunes états-uniens, entre 18 et 34 ans, 36 % d’entre eux seraient mal à l’aise en apprenant qu’un de leur familier est homosexuel ou trans. Mal à l’aise également, avec une augmentation là-aussi de 7 points, lorsqu’ils découvrent que leur médecin est Lgbt. Les parents sont quant à eux de plus en plus troublés, 9 points d’augmentation, de savoir que leurs enfants ont des leçons sur l’histoire arc-en-ciel. Le nombre de jeunes américains qui fréquentent des personnes Lgbt est en baisse : de 2017 à 2018 il est descendu de 53 % à 45 %, ce pourcentage étant de 63 % en 2016.

Certainement l’arrivée au pouvoir du cyclone Donald Trump a libéré, pour parler en langage moderne, la parole sur ce sujet ! Les jeunes ont moins peur de révéler leurs pensées profondes envers le monde arc-en-ciel. Pareillement les revendications Lgbt apparaissent davantage comme des revendications de caste qui n’ont rien à voir avec les réels problèmes quotidiens de la population. Et puis, il se pourrait qu’a trop en faire les médias ont fini par provoquer une saturation médiatique Lgbt ! Il n’y a plus un film, une série télévisée, un festival musical, ni même un dessin animé n’ayant pas son personnage gay ou trans qui, outre à être omniprésent, est présenté comme la panacée de l’humanité, intelligent, beau, habile, brillant, avec une évidente exagération par rapport à la réalité. Et bien, à la longue, tout ceci peut avoir généré parmi les jeunes, lesquels sont en absolu les plus exposés à l’endoctrinement lgbt au cours des années, un sentiment de rejet de la culture gay, sentiment qui par ailleurs croise l’avènement de la culture populiste et identitaire.

Cette simultanéité des circonstances secoue le joug du sexuellement correct ! Et c’est tant mieux !

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !