Il y a quelques jours, une « artiste » en mal de reconnaissance, a commis un tableau représentant une Vierge avec moustache et jarretelles. Pour ne pas lui faire de publicité nous tairons son nom qui disparaîtra dans les poubelles du Street-art aussi vite qu’il y est apparu !

Cette énième provocation anti-catholique a provoqué le courroux justifié de M. l’abbé Michel MORILLE, prêtre de la Fraternité Saint-Pie X qui dessert l’église Notre-Dame-de-Toutes-Grâces de Périgueux, et qui a écrit une lettre ouverte à Mme le Maire de Périgueux.

C’est cette lettre ironique, pleine de saveur et à lire au troisième degré, que MPI vous propose. Bien sûr, nous invitons tous nos lecteurs à faire part de leur écœurement en écrivant à Mme le Maire comme ce fidèle de Périgueux qui en rajoute une couche dans le genre de « l’arroseur arrosé » : « Libre à vous dans un esprit militant de faire exposer à la place une photo de vous-même dans la même tenue, mais il est de votre devoir en tant que maire de cette ville de faire retirer dans les plus brefs délais cette incitation à la haine dans l’espace public. »

Lettre de M. l’abbé Michel MORILLE

Madame la Maire

Mairie de Périgueux

23 rue du Président-Wilson – BP 20130

24 005 Périgueux cedex (France)

Madame,

Exerçant un ministère à Périgueux, quelle n’a pas été ma surprise quelques jours après le 8 mars d’être assailli de messages. Serait-ce des femmes qui me reprocheraient de n’avoir pas fait assez pour elles pour la journée de la femme, ou pour se plaindre des hommes, prenant conscience à l’occasion de cette journée ? Non.

Qui l’eût cru ? Ces femmes me prévenaient avec horreur de l’exposition d’une image de leur modèle tournée en ridicule, car c’est ainsi qu’elles l’ont perçue. Je parle, vous vous en doutez, de l’image exposée devant le théâtre de l’Odyssée, représentant la Vierge Marie moustachue en en porte-jarretelles.

Me renseignant sur internet, j’apprends que cette image entre dans le cadre d’une opération menée par l’association Femmes Solidaires en lien avec la mairie de Périgueux. Comme son nom l’indique, j’imagine que cette association aspire à la solidarité et au bien-être des femmes dans un monde qui ne les épargne pas toujours…

Vous comprendrez je le pense mon étonnement qui s’en suit : sous prétexte de solidarité, des femmes sont choquées, et le mot est faible : « ignoble », « petit », « une honte », voilà les mots que l’on retrouve dans les messages qui nous sont envoyés.

Seulement, il n’est pas en mon pouvoir de faire cesser cette attaque contre leur féminité, qui malheureusement leur reste devant les yeux tant que cette image est exposée. Elles se sentent réduites à l’état d’objet comme cela a été fait avec le tableau de Bouguereau.

Vous imaginez bien qu’en tant que prêtre, j’aurais d’autres raisons de vous demander le retrait de cette image, car il ne me semble pas que l’heure soit à la division et à l’insulte. Mais je crains que ces raisons ne soient pas entendues.

En revanche, j’ose espérer que de savoir le mal-être des femmes devant ce tableau, alors même qu’il se veut promouvoir les femmes, ne vous laissera pas insensible.

C’est pourquoi, au nom de toutes ces femmes blessées, et afin que cela ne dure pas, j’ose vous demander de bien vouloir retirer cette image, comptant sur votre sens de la solidarité et du respect de toutes les femmes.

Respectueusement,

Michel Morille

Nous apprenons, au moment où nous écrivons cet article, que quelqu’un a osé recouvrir « l’œuvre » par un tag très « Street-art » : Seigneur pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Cher honorable tagueur, ils savent très bien ce qu’ils font

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :