Sanctoral

Saint Fabien, Pape et Saint Sébastien, Martyrs 

Les deux grands martyrs romains, Fabien et Sébastien, donnèrent leur vie pour le Christ, le premier le 20 janvier 250, sous la persécution de Dèce, le second en 284, pendant celle de Dioclétien. Fabien fut élevé à la papauté d’une manière miraculeuse, et gouverna l’Église de 236 à 250. Peu de temps après son élection, l’assassinat de Maximin mit fin à la persécution de cet empereur. Les empereurs qui lui succédèrent étaient favorables au christianisme. Il en résulta une période de paix pour l’Église, sous le règne de Fabien. Celui-ci en profita pour organiser l’Église. A chacun des sept diacres, il assigna une partie de la ville pour avoir soin des pauvres. Les sept sous-diacres eurent mission de recueillir les Actes des martyrs. Quand commença la sanglante persécution de Dèce, Fabien fut une des premières victimes. Il fut martyrisé le 20 janvier 250 et fut enseveli dans la catacombe de saint Callixte, où l’on a même, de notre temps, retrouvé sa pierre tombale. Le pape saint Fabien se préoccupait également du soin des pauvres et de la liturgie. Apprenons de lui à unir la vie liturgique à une charité cordiale et active, à la véritable charité fraternelle du Christ. Autour du nom de

Sébastien s’est enroulée toute une guirlande de légendes. Le plus ancien récit historique, au sujet de saint Sébastien, se trouve dans le passage suivant de l’explication des psaumes de saint Ambroise : « Laissez-nous vous proposer l’exemple du saint martyr Sébastien. Il était Milanais par sa naissance. Peut-être, le persécuteur des chrétiens avait-il quitté Milan, ou bien il n’y était jamais venu, ou bien il était quelque peu adouci. Sébastien vit qu’il n’y avait là aucune occasion de combat ou bien qu’il s’amollissait. Il partit donc pour Rome où, à cause du zèle des chrétiens pour leur foi, la lutte était chaude. Il y souffrit, il y fut couronné. » Au moyen âge, saint Sébastien était considéré -comme un protecteur contre la peste. Paul Diacre raconte qu’en 670, la peste cessa à Rome quand on eut dédié un autel au saint. Voici ce que le bréviaire raconte à son sujet : « Dioclétien chercha par tous les moyens à le détourner de la foi au Christ. Comme il ne réussissait à rien, il ordonna de l’attacher à un pieu et de le percer de flèches. Comme tout le monde le croyait mort, une pieuse femme, du nom d’Irène, le fit enlever pendant la nuit, mais, ayant trouvé qu’il était encore vivant, elle le soigna dans sa propre maison. Peu de temps après, il fut rétabli ; alors, il se présenta devant l’empereur et, avec la plus grande hardiesse, lui reprocha son impiété. L’empereur fut si irrité du blâme sévère du saint, qu’il ordonna de le battre de verges jusqu’à ce qu’il ait rendu l’esprit. Son cadavre fut ensuite jeté dans un cloaque. »

Bienheureux Jean-Baptiste Triquerie, Ordre des Frères Mineurs

Prêtre et martyr, fête le 22 janvier Né à Laval (Mayenne) en 1737. Enfance et études à Nantes. Entrée chez les Frères Mineurs (Cordeliers) à Olonne en 1753 où il fit son noviciat. Il fut gardien de ce couvent en 1778. En 1771, tous les Observants de France furent contraints de passer aux Conventuels, par décision de la commission des réguliers instaurée par Louis XV pour réformer la vie religieuse en France. Jean-Baptiste Triquerie fut un confesseur et prédicateur renommé, habile administrateur. À la Révolution, il fut arrêté à Laval en 1793 et emprisonné avec d’autres prêtres. Les Martyrs de Laval ont été guillotinés le 21 janvier 1794. Ils ont été béatifiés en 1955 par Pie XII.

Martyrologe

A Rome, l’anniversaire de saint Fabien, pape et martyr. Il endura le martyre au temps de Dèce et fut inhumé dans le cimetière de Callixte.

A Rome encore, aux catacombes, saint Sébastien martyr. Sous l’empereur Dioclétien, alors qu’il était chef de la cohorte, on ordonna de l’attacher au milieu du camp et de placer au-dessus de sa tête son titre de chrétien; on le fit percer de flèches par les soldats, et enfin frapper à coups de bâton jusqu’à ce que mort s’en suive.

A Nicée, en Bithynie, saint Néophyte martyr. Agé de quinze ans, il fut battu de verges, jeté dans une fournaise ardente, exposé aux bêtes; comme il n’en avait éprouvé aucune atteinte et qu’il persistait à confesser la foi du Christ, il fut mis à mort par le glaive.

A Césène, saint Maur évêque, célèbre par ses vertus et ses miracles.

En Palestine, l’anniversaire de saint Euthyme abbé; célèbre par son zèle pour la discipline catholique et par l’éclat de ses miracles, il fut, au temps de l’empereur Marcien, une des gloires de l’église.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :