Dans un monde où la technologie prend de plus de place et où les achats dématérialisés sont de plus en plus présents, le renforcement des mesures de sécurité est indispensable. Actuellement, les techniques biométriques sont principalement utilisées dans trois secteurs : l’identification judicaire, l’administration (papiers d’identité…) et les contrôle d’accès, que ce soit dans des établissements publics ou privés. : des établissements comme la Banque de France, une cité académique de l’Education nationale ou les zones de fabrication du groupement carte bleue sont équipés de lecteurs d’empreintes digitales. Des prisons sont également équipées de dispositifs biométriques, notamment pour empêcher les évasions par substitution via le parloir. Actuellement une vingtaine d’établissements a été dotée de ce genre de systèmes. La volumétrie de la main, dont le coût unitaire s’établit à environ 50 000 euros, a été implantée dans dix d’entre eux et la reconnaissance par empreinte digitale a été conservée par un établissement. Dans le privé, le musée du Louvre et un centre commercial à la Défense par exemple sont équipés de lecteurs de contour de la main.

Unique pour chaque individu, ce sont l’iris et la géométrie de la main. La réalité rejoint donc la fiction des années 1980-90, quand des terroristes greffait la réplique exacte de l’œil du Président américain sur celui du capitaine de l’US Air Force Jack Petacci pour voler deux bombes atomiques (Jamais plus jamais) ou quand le pouce était devenu un moyen de paiement (Retour vers le Futur II). La technique de la géométrie de la main constitue la technique la plus largement répandue dans le domaine du contrôle d’accès physique (sites nucléaires, bâtiments, village olympique d’Atlanta, aéroports…) et est utilisée notamment aux Etats-Unis pour la gestion des horaires de travail en remplacement de la bonne vieille pointeuse…

L’entreprise la plus en pointe dans ce domaine est la société belge Semlex (le sens de la loi en latin) https://www.semlex.global/albert-karaziwan/, qui fournit des documents identitaires biométriques à divers Etats dans le monde. Créé en 1992 et dirigé par Albert Karaziwan, Semlex dispose d’une large expertise dans le développement, l’intégration, la gestion opérationnelle et la livraison de systèmes d’identification. Son créateur d’origine syrienne, s’est implanté à Bruxelles pour y étudier en 1980. Sa création Semlex, est une société spécialisée dans l’identification des personnes par la biométrie. En plus de diriger son entreprise, il est présent sur d’autres terrains, collaborant avec Interpol pour la lutte contre la fraude identitaire et actionnaire de Profabel (sécurité des bâtiments par accès biométrique).

Le groupe Semlex est constitué de différentes sociétés actives dans la biométrie et les documents identitaires. La société collabore aujourd’hui avec plus de 20 pays en Europe, Amérique et Afrique. En effet, peu de temps après sa création, le groupe comprend que l’Afrique est le parent pauvre des technologies biométriques. Semlex parvient à proposer des services sécuritaires pour contrer la fraude identitaire qui était très présente sur le continent à l’époque. L’entreprise a proposé ses premiers projets en Guinée-Bissau et au Gabon et a introduit le tout premier passeport biométrique à Madagascar. SEMLEX fournit aux Etats des systèmes d’identification fiables ainsi que des documents officiels hautement sécurisés grâce à l’intégration de technologies biométriques, notamment : papier d’identité, passeports, permis de conduire, carte de séjour, carte de fonctionnaire, carte militaire, carte de police…

Les services de Semlex incluent le design, l’intégration et l’installation du système, des procédés d’identification et d’authentification, l’ntégration de dispositifs sécurisés sur documents, la production de documents et contrôle de qualité, les ystème de délivrance de documents sécurisés, la formation et l’assistance technique, le management opérationnel et les plans financiers adaptés. Pour les amateurs de tampons, Semtex est doublement certifiée : ISO 9001 et ISO 14001.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !