La page Facebook de Civitas vient de diffuser un appel d’Alain Escada intitulé : « Restaurons la vertu de force ! ».

Un langage inhabituel en politique…

RESTAURONS LA VERTU DE FORCE !
Laissez-moi tout d’abord vous souhaiter une bonne et sainte année 2018 !

Mais permettez-moi de vous demander aussi de prendre quelques bonnes résolutions pour la France et la Chrétienté.

Car cette année nécessitera bien des efforts si nous voulons qu’elle amorce un élan de reconquête. Un rêve insensé, diront certains, au regard de la situation générale. Je ne prendrai qu’un exemple dont ont parlé tous les médias : les policiers tabassés par une horde de sauvages à Champigny-sur-Marne.

La réaction des autorités, du président de la république au ministre de l’Intérieur, est tout simplement affligeante : des mots creux pour faire part d’une indignation sans prendre aucun des moyens nécessaires pour répliquer comme il se doit à cet acte de barbarie.

A aucun moment, ces dites autorités n’osent évoquer que les auteurs de ce fait sont les fruits pourris d’un chaos migratoire organisé depuis plusieurs décennies.

En fait, ce gouvernement n’est capable d’identifier correctement ni les causes ni les conséquences du désordre dans lequel nous vivons.

L’autorité n’est plus respectée. Ni celle des policiers, ni celle des enseignants, ni celle des parents. Et il n’est pas possible d’envisager de changer cela sans une restauration morale, qui elle-même implique une restauration spirituelle.

Commençons par cette évidence : il faut rétablir la vertu de force !

Il existe quatre vertus cardinales : la prudence, la justice, la force, la tempérance. La force est probablement la plus oubliée. Dans le langage courant, le mot « force » désigne seulement un principe d’action, une manière d’exercer sa volonté de pouvoir, parfois de façon arbitraire et injuste.

La confusion est d’autant plus générale que les notions associées à la vertu de force – les convictions, les principes, le souci du bien commun pour lesquels on s’engage, la fidélité à ces engagements, le sens de l’honneur et du devoir, l’esprit de sacrifice – sont considérées désuètes et ringardes de nos jours.

Comment parler de convictions dans une société saturée de libéralisme et de relativisme, permettant à chacun de construire “sa” vérité personnelle ? Comment parler de fidélité quand l’une des principales fidélités, la fidélité conjugale, est ridiculisée et violée à grande échelle ? Comment parler de sacrifice dans un monde voué au plaisir ?

Retrouver la vertu de force oblige donc à rompre avec le modernisme, l’hédonisme, le matérialisme.

Les personnes devant exercer une quelconque forme d’autorité devraient lire saint Thomas d’Aquin (Somme théologique, secunda secundae, question 123) :

« La force, considérée comme une certaine fermeté de l’âme, est une vertu générale, ou plutôt la condition générale de toute vertu ; mais considérée dans son action en nous quand nous sommes en présence d’un grand danger, elle est une vertu spéciale. »

« La force résumant éminemment en elle une des conditions nécessaires à toute vertu, à savoir la fermeté dans le bien, c’est à juste titre qu’elle est rangée parmi les vertus cardinales. »

« (La vertu de force) ne consiste pas seulement aujourd’hui à tenir ferme dans les périls corporels, mais à maintenir l’essence de l’homme, et avant tout sa nature d’ « animal politique » tant au plan naturel qu’au plan surnaturel, contre les dangers de plus en plus nombreux qui la menacent de mort, et à contre-attaquer les ennemis qui pullulent autour d’elle et tentent de l’asservir, de la transformer pour l’anéantir. »

« La force a une utilité générale qui est de maintenir l’ordre de la justice tout entier. »

« La vertu de force « supporte et repousse les assauts et les périls extrêmes dans lesquels il est le plus difficile de rester ferme ».
La force inclut la résistance à un monde extérieur ennemi ou à un autrui antagoniste qui attaque l’être humain en sa réalité propre. »

« La vertu de force se définissant en son essence par son degré supérieur, se trouvera ainsi dans l’acte de supporter le danger en chassant la crainte (…). Du fait que l’acte principal de la force soit de résister, il ne faudrait pas conclure qu’il consiste uniquement dans la défensive (…). La vertu de force implique secondairement, mais nécessairement, l’attaque. »

Prenons la ferme résolution, en ce début d’année 2018, de restaurer en nous et dans la société la vertu de force.

Alain Escada,
président de Civitas

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. Legio Patria Nostra says:

    Merci de nous rappeler le bien-fondé la force au service du Bien.
    Le vrai christianisme n’est pas une religion de faibles et de lâches.
    Souvenons-nous de l’Histoire et des nombreux exemples où le glaive puis le fusil furent mis au service de Dieu, de Clovis aux Cristeros.

  2. cadoudal says:

    il faut se préparer à la nécessaire croisade

  3. Il faudrait peut-être recommencer à reconnaître la vertu de la force en obligeant les électeurs sous peine d’amende de voter aux élections, comme c’est le cas dans certains autres pays de civilisation européenne et tradition anti-démagogique. M. Xiep pourrait rechercher et produire une statistique correspondante.

    • tschirgant says:

      Je regrette de vous contredire,Monsieur Panino, mais l’acte de voter ne relève absolument pas de la vertu cardinale de force et en encore moins du troisième don du saint-Esprit (en partant du premier, la crainte de Dieu).
      C’est tout le contraire qu’il faut dire, et personnellement par expérience, j’ai cédé plusieurs fois à la tentation de laisser passer mes sentiments en votant quand-même pour le candidat FN dans l’idée principale de contrer les autres; le candidat du FN qui, en définitive, était comme les autres affilié au système maçonico-républicain. J’ai donc succombé par rapport à la vertu de force et ai donc été infidèle à la résolution que j’avais prise de ne plus jamais mettre un bulletin dans l’urne, plébiscitant ainsi un régime intrinsèquement opposé à la royauté-social de Notre-Seigneur-Jésus-Christ. C’est pour cela que les révolutionnaires ont institué le suffrage universel, et Clémenceau n’a cessé de le rappeler à Jacques Piou, président de l’action libérale populaire, qu’il ne fallait pas que les catholiques s’illusionnent de conquérir le pouvoir par les urnes, car même s’ils remportaient quelques petits succès ponctuels, les maîtres du jeu, on se doute tout de suite quelles peuvent être les éminences grises, veillaient à la bonne direction des résultats de la bien-pensance républicaine.
      Un théologien, Charles Maignen a publié à la fin du XIXme siècle une excellente étude sur ce sujet, et même si l’Eglise n’a pas tranché dogmatiquement sur la question, il n’empêche que c’est une de ses vérités qui tendent, vu la crise qui semble de plus en plus insoluble que nous vivons tant dans l’ordre politique que religieux, à devenir de foi le jour où le coeur douloureux et immaculé de Marie triomphera sur la Terre, certainement par un concile, avant le commencement des évènements qui annonceront la parousie.
      Voici cet ouvrage que je vous engage à lire:
      https://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C017_Maignen_20p.pdf

      • « la résolution que j’avais prise de ne plus jamais mettre un bulletin dans l’urne, plébiscitant ainsi un régime intrinsèquement opposé à la royauté-social de Notre-Seigneur-Jésus-Christ. »
        Mais cela ne s’applique que si tous les possibles régimes y sont opposés, et même là il ne faudrait pas gaspiller sa voix, mais la donner au candidat représentant le moins mauvais des partis.

  4. Yann Esteveny says:

    C’est une très bonne résolution pour 2018 !
    Pour correctement avancer dans et par sa foi il faut courage et humilité. Car le combat contre le Mal est surnaturel et pourtant nous catholiques devons mener humainement ce combat démesuré en demandant l’assistance de Dieu. Le catholique comprend le sens de son combat et se sait lui-même un lieu de combat entre le Bien et le Mal. La force d’âme que sa foi exige le bouscule d’un confort terrestre sans craindre les humiliations mondaines.

    Les mots d’un militaire fait maréchal de France il y a 100 ans sont plus directs :
    « La vie n’est pas neutre ; elle consiste à prendre parti hardiment. Il n’y a pas de neutralité possible entre le vrai et le faux, entre le Bien et le Mal, entre la santé et la maladie, entre l’ordre et le désordre, entre la France et l’anti-France. »

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com