Le FBI a fait savoir qu’après l’arrestation de la Britannique Ghislaine Maxwell, une véritable bibliothèque de photos et de vidéos explicites de filles mineures a été trouvée dans le New Hampshire lors de la perquisition du domicile de la « dame noire ».

Les accusations contre la complice de Jeffrey Epstein sont multiples : du faux témoignage à la sollicitation et à l’abus de mineurs. A celles-ci se rajoutent maintenant la détention de photographies de jeunes mineurs et une véritable bibliothèque de CD intitulée Filles nues.

Une source anonyme, proche de Maxwell, a révélé au Daily Mail que le matériel pornographique trouvé par les enquêteurs constituerait une sorte « d’assurance » pour la femme :

« Ghislaine a toujours été très habile. Elle n’aurait pas vécu avec Epstein toutes ces années sans avoir une assurance. »

« Le stock de vidéos hard que Ghislaine a mis de côté, je pense qu’il sert à Ghislaine comme monnaie d’échange pour sortir de prison, si les autorités ont l’intention de traiter. Cela pourrait impliquer des personnes importantes. »

Dont le clan Clinton !

La possibilité que Ghislaine, une fois arrêtée, puisse faire  « chanter » et donner des noms et prénoms des fêtards invités chez Epstein à ses parties fines à base de sexe avec des mineurs avait déjà été pris en compte. Mais maintenant cette éventualité devient une réalité, et comme ajoute la source :

« si Ghislaine coule, elle entraînera avec elle toutes les personnes impliquées. »

Jeffrey Epstein, indique cet anonyme proche de Maxwell, « voulait être sûr qu’il avait quelque chose à utiliser contre les hommes riches et puissants qui exploitaient sa richesse ». Epstein et Maxwell auraient donc mis en place une forme d’« assurance » au cas où leur réseau de prostitution serait découvert. « Je parie que dès qu’il s’avérera que Ghislaine possède ces vidéos, de nombreux personnages célèbres trembleront de peur dans leurs chères chaussures italiennes », poursuit la source du Daily Mail.

Après la mort d’Epstein, un article fut publié dans le New York Times de James B. Stewart, un journaliste qui avait interviewé le magnat en 2018. Au cours de l’interview, le millionnaire avait révélé à Stewart qu’il avait du matériel « embarrassant et potentiellement dangereux » pour ses invités célèbres. Le matériel qu’il avait enregistré incluait « leurs habitudes sexuelles et les drogues qu’ils utilisaient ».

Ghislaine Maxwell comparaîtra devant le juge le 10 juillet. Son avocat entend demander la libération sous caution de son client. Jusqu’à présent, Maxwell n’a pas été mise en liberté sous caution parce qu’elle est considérée comme un sujet « qui risque de prendre la fuite ». La Britannique possède en effet un vaste réseau de relations internationales et trois passeports.

Mais plus que prendre la fuite, Ghislaine Maxwell risque de « finir » suicidée comme son ancien complice dont le suicide est mis en doute par ses proches et un célèbre médecin légiste américain. Une enquête du FBI est d’ailleurs en cours…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires