Les portes du pénitencier se sont refermées sur Basuki Tjahaja Purnama. Surnommé Akok, ex-gouverneur chrétien de Jakarta en Indonésie, le plus grand pays musulman au monde, il a été condamné à deux ans de prison par le tribunal pour insulte envers l’islam. C’est une sanction très lourde pour ce gouverneur qui est encore en poste jusqu’en octobre bien qu’il ait perdu les élections en avril face à un musulman, Anies Baswedan, soutenu par les groupes islamistes radicaux. Ce procès et cette peine de prison témoignent qu’en Indonésie, pays de 255 millions d’habitants pratiquant en grande majorité une forme d’islam modéré, l’influence des islamistes conservateurs ne fait que croître.

De nombreux musulmans indonésiens, et les cinq magistrats qui l’ont condamné leur donnent raison, ont reproché à Akok d’avoir blasphémé lorsqu’il a déclaré en septembre dernier devant quelques pêcheurs, en plein pendant la campagne électorale, que l’interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d’un verset du Coran, selon lequel un musulman ne doit élire qu’un dirigeant musulman, était erronée. Cela a provoqué une vague de contestation dans ce pays d’Asie du Sud-Est où toute référence à l’islam est très sensible.

De nombreuses manifestations pour obtenir la condamnation du gouverneur ont été organisées ces derniers mois par les mouvements islamistes purs et durs tels le Front des Défenseurs de l’Islam, guidé par le chef extrémiste Muhammad Rizieq Shihab, et Hizbut Tahrir Indonesia, parti qui soutient dans son programme la restauration du Califat et l’application de la charia dans tout le pays. Des centaines de milliers de musulmans ont protesté des mois durant dans les rues de Jakarta contre Akok.

Le procès avait débuté en décembre et a duré de longs mois, chaque camp appelant plus d’une quarantaine de témoins à la barre. Basuki Tjahaja Purnama avait accusé le ministère public de faire témoigner des personnes qui n’étaient même pas présentes au moment des faits.

Le gouverneur Akok, issu des minorités chinoise et chrétienne, est apparu ému hier lors son procès et a plusieurs fois essuyé ses larmes.

« J’ai grandi parmi les musulmans, a déclaré Basuki Tjahaja Purnama devant les magistrats du tribunal. Il n’est pas possible que j’ai intentionnellement insulté l’islam parce que cela signifierait que je manque de respect envers les personnes que j’aime et apprécie. »

Cette déclaration n’a pas adouci pour autant ses juges musulmans qui ont infligé à l’ex-gouverneur une peine plus lourde que celle requise par le parquet. Un des juges du tribunal, Abdul Rosyad, a justifié la sévérité du verdict par le fait que le prévenu ne ressente “aucune culpabilité” et qu’il ait “suscité la colère et blessé les musulmans”.

A l’annonce du verdict, les musulmans en dehors du tribunal se sont mis à scander « Allah est grand. »

Islam, religion de paix et d’amour ?

Francesca de Villasmundo

Source : Il Giornale

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :