nguyen huu cau-mpi

J. B. Nguyen Huu Cau, 68 ans, vient de sortir de prison après avoir passé près de 39 ans dans les camps de prisonniers de Hanoï au Vietnam.

Il est l’un des prisonniers politiques ayant passé le plus de temps en prison sous le régime communiste vietnamien.

Au fil des ans d’emprisonnement, il a découvert la foi catholique et a été baptisé. Il avait converti les 50 anneaux de sa chaîne de prisonnier en un chapelet qu’il récitait 5 fois par jour.

Seule la foi lui a permis d’ affronter et surmonter près de 40 ans dans les prisons vietnamiennes où son déclin physique – surdité, cécité et souffrance diverses – a été important… Mais sa foi lui a permis de pardonner à ses geôliers.

J. B. Nguyen Huu Cau, né en 1945, est poète, musicien, compositeur. Il  a été capitaine de l’armée de la République du Sud-Vietnam avant la réunification de 1975.

Arrêté à la fin de la guerre, il a d’abord passé 6 ans dans un camp de rééducation et de travail.
En 1982, il a été ré-emprisonné à cause de son activité de poète et compositeur, ses œuvres étant considérées comme des critiques du régime communiste. En 1983, il a été condamné à mort pour avoir dénoncé la corruption répandue parmi les cadres supérieurs de l’armée de Hanoï et pour avoir parlé des crimes commis par les troupes communistes contre le peuple. Il avait été accusé de sabotage pour avoir endommagé « l’image du régime ». Il a plaidé « non coupable ». Finalement, les autorités ont modifié la peine de mort en emprisonnement à vie.

J. B. Nguyen Huu Cau a vécu des années complètes en isolement, dans un camp de prisonniers situé dans la jungle à la frontière vietnamienne.

Les années de prison l’ont profondément marqué, le laissant presque sourd, aveugle de l’œil gauche avec une grave altération de la vision à l’œil droit.

Le 22 Mars 2014, après près de 39 ans de prison, le président Truong Tan Sang l’a amnistié et autorisé à sortir de prison. C’était présenté comme un acte de compassion en raison de sa santé et non comme une réhabilitation politique.

Ces derniers jours, il a raconté son expérience de la prison à des médias catholiques. Il a parlé avec passion, particulièrement de la question de la foi et de sa conversion au christianisme .

« Le baptême, alors que j’étais détenu en prison, s’est fait à Pâques 1986, par le Père Joseph Nguyen, jésuite. J’avais alors 26 ans », explique t-il .

Le prêtre lui a enseigné les rudiments du christianisme, les prières et le catéchisme. Chaque jour, il récitait cinq fois le chemin de Croix.

Sa chaîne de détenu lui servait de chapelet. Lorsqu’il avait l’occasion de parler à quelqu’un ; il répétait qu’il était attaché par une longue chaîne de 50 liens qu’il appelait « mon premier
Rosaire »…

En outre, un compagnon de détention, Frère Paul , lui avait donné une petite croix faite de noix de coco. Donc, « j’ai aussi composé une chanson dédiée à la Sainte Croix . Sainte-Croix
vient à moi du plus profond du monde [ … ] qui m’a maintenu dans cette prison terrestre. »

Libéré des fers et des chaînes des prisons communistes, le poète dissident vietnamien raconte : « l’amour de Dieu et de la Vierge m’ont changé . Je n’ai aucune rancune contre mes « frères et soeurs » ( le régime ). Plus d’une fois, la Trinité et la Vierge Marie m’ont aidé à surmonter les ruses du destin et m’ont empêché de mettre fin à mes jours au fil des ans d’emprisonnement ».

Un très beau témoignage de foi.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :