Les Colombiennes Manuela Gomez et Luisa Gomez en contracté un de ces faux « mariages » pour invertis et ensuite, grâce à la fécondation artificielle hétérologue, ont eu un enfant. Sur le certificat de naissance elles apparaissent ensemble comme « mères » et veulent que cela soit de même pour le certificat de baptême. Car en nos temps d’apostasie post-concile et de révolution anthropocentrique, le sacrilège et le blasphème sont monnaie courante !

Les deux dames ont ainsi fait le tour d’une dizaine de paroisses, ont essuyé refus sur refus jusqu’au moment où elles sont tombées sur un prêtre complaisant. Manuela raconte :

« Nous ne pouvions y croire mais c’était réel. Quand j’ai demandé au prêtre son opinion sur ma famille, il a dit que nous étions les bienvenues et que nous serions respectées comme famille, chose très importante pour nous. »

Le plus stupéfiant de l’affaire, c’est le placet donné par la curie archidiocésaine de Medelin à cette violation des normes canoniques. Ce qui était impensable il y a encore peu de temps est aujourd’hui dramatiquement possible…

Ainsi vogue l’Église conciliaire, d’apostasie en apostasie, d’hérésie en hérésie, pour atteindre le summum : la négation pure et simple, par une singerie diabolique de la famille naturelle, de la Création divine !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :