Le président de la République, Emmanuel Macron, a sacrifié, hier soir, aux dieux du politiquement correct, lors de l’annuel dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France ), cénacle mondain où il faut être pour exister politiquement.

Il a promis une loi pour lutter contre la haine sur Internet et les réseaux sociaux en déplorant « une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale », pas moins ! Il a aussi affirmé avoir demandé « au ministre de l’Intérieur d’engager des procédures visant à dissoudre des associations ou groupements qui par leur comportement nourrissent la haine, promeuvent la discrimination ou appellent à l’action violente. » Il vise notamment  le Bastion Social, dont les actions en faveur des Français défavorisés donnent de l’urticaire aux antifas, no-borders et autres nervis d’extrême gauche .

Défavorable la veille encore, Macron s’est également soumis aux diktats du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, en promettant que la «  la France, qui l’a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA) (qui intègre l’antisionisme, ndlr) » en insistant que « l‘antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ». « Il ne s’agit pas de modifier le Code Pénal. Il s’agit de préciser et raffermir les pratiques de nos magistrats ou de nos enseignants », a ajouté le chef de l’État.

Sous les applaudissements, il a fait savoir qu’il n’aurait « aucune complaisance » à l’égard des partisans du boycott d’Israël et du mouvement Boycott, Désinvestissement Sanctions (BDS), « condamné en France ». Ce mouvement appelle à faire pression économiquement sur l’État hébreu pour infléchir sa politique, notamment en terme de colonisation des territoires palestiniens.

« A l’antisémitisme traditionnel, s’est ajouté un antisémitisme né d’un islamisme radical », a encore affirmé Emmanuel Macron devant les représentants de la communauté juive, ajoutant que ce phénomène «gangré[nait]» certains quartiers.

Au moment où les politiciens de tout bord s’inquiètent d’une montée fort à propos de l’antisémitisme, le leurre  destiné à diaboliser les mouvements ‘populistes’ et nationalistes, Alain Escada, président de Civitas, a rappelé que « 80 % des profanations commises en France visent des lieux de culte catholiques et des cimetières chrétiens » mais que, manifestement cet « antichristianisme, comme le racisme anti-Français, sont des offenses qui n’intéressent aucunement la clique des politiciens qui nous gouvernent ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :