Les professionnels de la repentance en sont pour leurs frais. La comédienne Mimie Mathy, mobilisée à toutes les sauces pour la moindre des causes à l’agenda du politiquement correct, se réjouissait d’annoncer qu’un épisode de la série “Joséphine, ange gardien” dont elle est la vedette traiterait de l’esclavage. L’épisode en question, diffusé hier à la télévision, était mielleux à souhait, avec pour morale de l’histoire l’indispensable métissage, seule façon pour l’homme blanc de payer le prix de tous les maux de la planète et de l’histoire qui lui sont imputés.

Mais à trop jouer cette symphonie, les réalisateurs de la série ont obtenu un effet inattendu. Sur les réseaux sociaux, quantité de ceux que l’on qualifie désormais d’Afro-descendants, chauffés par le tintamarre permanent invitant l’homme blanc à se repentir et à accepter son grand remplacement, ont critiqué la série, notamment car sa vedette était… blanche.

Mimie Mathy pourrait bien, à terme, avoir scié la branche sur laquelle elle était assise.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Guillaume says:

    Un scénario pourtant valider par le CRIF !?

  2. Le degré de “son-of-a-bitchisme” de ce Killian est effarant…