Le président de l’Indonésie a décrété que de lourdes sanctions financières pourraient être imposées aux citoyens qui ne se conforment pas aux campagnes de vaccination obligatoire anti- COVID, y compris des amendes et la suppression des prestations d’aide sociale.

Jakarta, la capitale animée du pays, abrite quelque 10 millions de personnes et est la première région du pays, et du monde, à mettre en œuvre les nouvelles règles, imposant des amendes allant jusqu’à 5 millions de roupies indonésiennes (environ 350 dollars) pour non-conformité à la vaccination obligatoire. Les 33 provinces restantes, qui ont la prérogative d’appliquer les nouvelles règles du président, n’ont pas encore choisi d’imposer ces sanctions.

Le vice-gouverneur de Jakarta, Ahmad Riza Patria, a défendu les nouvelles mesures, avertissant les dissidents potentiels : «Si vous la rejetez, il y a deux choses, l’aide sociale ne sera pas accordée, et vous aurez une amende.»

Le ministère de la Santé indonésien a rapporté que 65% des Indonésiens sont prêts à se faire vacciner contre le COVID-19, avec seulement 8% admettant qu’ils refuseraient catégoriquement le vaccin.

Le Dr Febi Dwirahmadi, professeur associé indonésien à l’Université Griffith d’Australie, a qualifié ces mesures de «coercitives».

«La confiance sociale est absente. Les gens se demandent toujours si cela est sans danger pour les personnes âgées ou les femmes enceintes », a-t-elle déclaré.

Usman Hamid, directeur d’Amnesty International Indonésie, a critiqué le gouvernement indonésien pour avoir imposé un «mandat général en matière de vaccination, en particulier un mandat comportant des sanctions pénales», le qualifiant de «violation flagrante des droits humains».

Un certain nombre de gouvernements à travers le monde – tout en n’imposant pas la vaccination – commencent à mettre en œuvre des mesures strictes qui reviennent à forcer la vaccination.

Israël est en tête à cet égard, venant juste de commencer à rouvrir une partie de son économie aux citoyens qui ont été vaccinés contre le COVID-19 après un verrouillage de deux mois. Ceux qui n’ont pas encore reçu le vaccin COVID, ou qui ont refusé de prendre le vaccin, resteront dans l’impossibilité d’accéder à un certain nombre de lieux et d’entreprises.

En outre, les autorités israéliennes ont adopté une loi permettant que les informations personnelles de ceux qui ont refusé les vaccins expérimentaux anti-COVID-19 puissent être collectées et partagées à divers organismes gouvernementaux par le ministère de la Santé. La législation s’étend à ceux qui ont reçu leur première dose du vaccin anti-COVID, mais qui ne sont pas revenus pour la seconde.

Alors que le gouvernement israélien envisage une législation qui permettrait aux entreprises privées d’imposer que leur personnel soit vacciné, Mobileye, un développeur de voitures autonomes israélien et filiale d’Intel, a déjà annoncé qu’il interdirait aux employés qui rejettent une vaccination contre le coronavirus de pouvoir travailler dans les locaux de l’entreprise.

De même, en Suède, des mesures coercitives sont mises en œuvre qui rendent la vie de plus en plus difficile à ceux qui refusent les vaccins anti-COVID-19, que ce soit pour des raisons morales, médicales ou religieuses.

Le ministre suédois du développement numérique, Anders Ygeman, a annoncé que «lorsque la Suède et les pays qui nous entourent commenceront à s’ouvrir, il sera probablement nécessaire d’avoir un certificat de vaccination pour voyager et participer à d’autres activités», y compris l’accès aux divertissements, aux loisirs et aux entreprises.

Le président américain Joe Biden a lui signé en janvier un décret  ordonnant au gouvernement d’évaluer la «faisabilité» des passeports vaccinaux.

Mais l’effort international pour contraindre les populations à recevoir les vaccins expérimentaux anti-COVID-19 produit des résultats mortels. Les données du ministère israélien de la Santé ont confirmé que le vaccin expérimental à ARNm de Pfizer a tué «environ 40 fois plus de personnes (âgées) (en Israël) que la maladie elle-même n’en aurait tué» au cours d’une récente période de vaccination de cinq semaines.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

Les commentaires sont fermés

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :