Frappes russes nocturnes en Syrie

La Russie, assistée par la Chine, a donc commencé son intervention militaire en Syrie, pour combattre et éliminer cette espèce d’Etat islamo-terroriste, appelé DAESH, ou ISIS en anglais, qui sévit en Syrie et en Iraq depuis environ 2 ans.

Tout en gardant à l’esprit la complexité du monde réel, et en évitant le réductionnisme complotiste, il nous semble possible de donner une vision globale cohérente de la situation et de comprendre les tenants et aboutissements de cette sorte de 3ème guerre mondiale, qui ne dit pas son nom.

  1. L’effondrement économique des USA

Le 1er point concerne l’économie des USA, que les médias officiels du Système nous présentent comme prospère, mais que je considère personnellement comme une économie à la dérive et en voie d’effondrement. Plusieurs articles déjà publiés sur MPI expliquent le décalage entre les chiffres officiels et la réalité. L’économie des USA est en panne depuis 1998-99. Le niveau de vie, les revenus, le taux d’emploi, et à peu près tous les indicateurs économico-monétaires, sont en baisse depuis 15 ans. J’avais écrit il y a presque un an que le chiffre du PIB états-unien ne pouvait pas être autrement que bidonné, avec un taux d’emploi aussi médiocre. Je me félicite que cette analyse commence à être développée par d’autres personnes. Par exemple, par Olivier Delamarche sur BFMbusiness récemment, qui parle de « trucage des chiffres ». Olivier Delamarche fait observer que la « croissance » aux USA est affichée à 3,9%, ce qui est énorme pour un pays développé comme les USA. Mais, dans le même temps, les entreprises ont annoncé des perspectives de rentabilité stable, à 0% au mieux, ce qui est complètement incohérent. Si le chiffre mirifique de 3,9% était valide, les profits devraient s’envoler. Quelqu’un ment, et ce sont bien sûr les chiffres du PIB des USA qui sont bidonnés.

L’économie des USA est donc de façon certaine en voie d’effondrement depuis 1998-99. Et la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste qui domine les USA, les fameux « néo-cons » pour faire simple, est bien placée pour le savoir. Ils le savent et malgré leurs QE, ils n’ont pas réussi à relancer la machine, qui reste insensible aux stimuli. Concrètement, les « néo-cons » ne sont pas un lobby sioniste, mais bel et bien, une mafia de juifs américains, nichée et enkystée à l’intérieur des institutions et qui contrôlent et pilotent la politique des USA, comme une sorte de virus informatique malfaisant. Car n’oublions pas que le premier à souffrir est le peuple américain dans son ensemble.

Une preuve indirecte de l’effondrement états-unien est la politique économique mise en oeuvre par la Chine. En effet, la Chine a décidé de changer de modèle économique. Au lieu d’être l’atelier de la planète et d’être tirée par les exportations vers les USA et l’Europe, la Chine a décidé de développer la demande chinoise interne. Pourquoi, me direz-vous ? La réponse est très simple : avec une économie des USA en voie d’effondrement et une économie européenne plantée par l’euro et stagnante, la demande en produits chinois est tout simplement insuffisante. Voilà pourquoi la Chine veut maintenant stimuler sa demande interne. Evidemment, cette mutation n’est pas simple mais les Chinois n’ont pas le choix.

La nouvelle politique économique mise en oeuvre par la Chine vient donc confirmer notre analyse de l’état économique réel des USA. Incidemment, la Chine et les USA avaient une sorte de pacte, depuis vingt ou trente ans : tu m’achètes mes produits chinois et je te fourgue mes faux dollars US, que j’imprime comme je veux. Ce pacte est de facto rompu, puisque la demande états-unienne est devenue médiocre et que la Chine, à l’instar d’autres pays, souhaite se débarrasser du dollar US comme monnaie de référence mondiale.

  1. L’utopie unipolaire va échouer

En résumé, nous sommes proches d’un point de bascule. Le 21ème siècle ne sera pas une répétition du 20ème. L’économie des USA est en voie d’effondrement. Et la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste qui domine les USA le sait. La Chine le sait. La Russie le sait. Le dollar, monnaie de référence, grâce auquel les USA exercent une tyrannie spoliatrice sur le monde entier, vit ses dernières années. En vert sur la carte suivante, les pays, dont la Russie et la Chine, qui ont décidé de sortir du système dollar US.

On notera que l’Australie, pourtant anglophone, est sortie de l’Empire, tant pour ce qui concerne le dollar US que pour la politique de submersion migratoire, contre laquelle l’Australie a décidé de lutter énergiquement.

MPI - 72 - 01 - dollar -

L’objectif de la caste oligarchique était de mettre en place une gouvernance mondiale totalitaire, entièrement formatée à son profit et dominant toute la planète. Cet objectif est maintenant une utopie, qui ne pourra pas avoir lieu. Mais, dans un dernier effort, la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste a tenté d’encercler la Russie, voire de renverser le régime en place.

L’OTAN était initialement un dispositif censé défendre les USA et l’Europe de l’ouest contre les visées belliqueuses de l’Union Soviétique, visées expansionnistes qui existaient de façon objective et réelle. Avec la chute de l’Union Soviétique, l’OTAN a perdu son ennemi officiel et s’est reconverti en instrument de domination de l’Empire américain. L’OTAN est le bras armé de la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste.

MPI - 72 - 02 - bases Otan -

On veut nous faire croire que la Russie de Poutine serait la même chose que l’Union Soviétique et qu’elle serait une « menace ». La meilleure preuve de cette aggressivité serait que la Russie a installé ses frontières le long des bases militaires de l’OTAN… [humour…]

  1. L’OTAN ne peut pas vaincre militairement la Russie

Lorsque l’Union Soviétique s’est effondrée, les USA en ont profité pour piller la Russie, avec la complicité active d’un certain nombre d’oligarques russes et d’ivrognes notoires comme Boris Eltsine, mais celle-ci s’est finalement trouvé un nouveau chef, compétent, patriote et sobre, en Vladimir Poutine, qui a mis un terme au saccage et a commencé le redressement de la Russie.

Les USA, l’OTAN, les « néo-cons », la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste – libre à vous de choisir le terme qui vous convient – aimeraient bien écraser militairement et mater la Russie, une bonne fois pour toutes. Mais, plusieurs éléments laissent à penser que les USA ou l’OTAN ne peuvent pas vaincre les Russes, malgré leur budget militaire colossal. Quelques cinglés comme John MacCain voudraient une guerre en Ukraine contre les Russes ou bombarder l’Iran. Mais il semble acquis que les USA ne peuvent pas se permettre d’aller jusque là.

On se rappelle que la Russie a su abattre les deux missiles envoyés par l’OTAN sur la Syrie de Bachar El-Assad. Les Russes ne craignent donc pas les missiles américains.

Autre point, un navire de guerre américain qui faisait route vers la Crimée a été neutralisé par un avion Sukhoi russe, qui a mis en panne son système électronique et informatique. Le navire a été obligé de rebrousser chemin, la queue basse.

Enfin, toujours en mer noire, un sousmarin américain, qui se dirigeait vers la Russie, a été obligé de faire demi-tour, après avoir subi une « avarie ». Il aurait percuté un banc de sable mal cartographié… [humour…]

  1. L’arme du terrorisme, au service de l’Empire

Donc, en résumé, les USA et l’OTAN aimeraient sans doute écraser la Russie, mais il semble bien que ce soient en fait les Russes qui soient en position de supériorité technico-militaire.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le rôle stratégique du terrorisme, en particulier le vrai-faux terrorisme islamo-jihadiste, manipulé et instrumentalisé par les USA et l’OTAN.

Un combat frontal contre la Russie (ou la Chine) est impossible. Les USA doivent donc recourir à des manoeuvres obliques, telles que le terrorisme islamo-jihadiste et les révolutions sous faux drapeau, comme en Ukraine. La Russie a déjà subi une période de terrorisme tchétchène, meurtrier, mais elle s’en est débarrassé. On se rappelle de la déclaration de Poutine : « nous irons les buter dans les chiottes, s’il le faut. » Lorsque Poutine dit maintenant qu’il veut éliminer les jihadistes en Syrie, plutôt que d’attendre qu’ils reviennent en Russie, il défend les intérêts bien compris de la Russie et du peuple russe.

Il est bien connu que les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. En défendant la Syrie contre DAESH, La Russie défend ses propres intérêts. On aura noté que la Chine intervient également aux côtés des Russes et il est important de comprendre pourquoi. En dehors d’être voisins, la Russie et la Chine ont diverses minorités de langues turques sur leurs territoires. La Chine a subi des attentats terroristes dans sa province occidentale du Turkestan (le XinJiang en chinois). Il y a sans doute une convergence d’intérêts entre les USA, qui veulent abattre et dominer la Chine et la Russie, et la politique néo-ottomane et pan-turque de Recep Erdogan, qui aimerait bien influencer les autres peuples turcs d’Asie Centrale. Dans cette convergence, les USA sont le centre de commandement de l’Empire et la Turquie est le soustraitant aux basses oeuvres de l’OTAN. En intervenant en Syrie avec un porte-avion, la Chine envoie en fait un message amical aux Turcs de Turquie et défend ses intérêts dans le Turkestan chinois.

Par ailleurs, on peut s’interroger sur l’origine des explosions qui se sont produites ces derniers temps en Chine, en particulier à TianJin, qui est le port de la capitale, à une heure de route de Pékin. Est-ce vraiment de la négligence de la part des Chinois ou est-ce une sorte d’attentat fomenté de l’extérieur, pour punir la Chine ? La question est ouverte.

  1. Le Mensonge DAESH, première victime de la guerre

En général, on dit que la Vérité est la 1ère victime à mourir dans une guerre. Mais, en l’occurrence, c’est plutôt le Mensonge qui va mourir en premier. Et la réalité est que les prétendues « frappes » contre DAESH faites par l’OTAN et la coalition américaine sont une fiction totale. DAESH est une création de l’OTAN, dont les premiers combattants ont été formés dans les bases de l’OTAN en Turquie en avril, mai et juin 2013. Bachar El-Assad a maintes fois affirmé que sans l’appui de l’OTAN la guerre en Syrie serait déjà terminée depuis longtemps. Nous avons précédemment montré comment DAESH n’a cessé de croître au fil du temps, non pas malgré les prétendues « frappes » mais grâce à elles. L’OTAN n’a pas cessé de fournir à DAESH des armes, des véhicules, des médicaments, etc., et à chaque fois, l’OTAN a prétendu que cette fourniture s’était faite « par erreur ». DAESH, l’espèce de monstre islamo-terroriste, est une créature de l’OTAN, choyée et bichonnée par les USA.

L’intervention sino-russe en Syrie va donc crever l’abcès et exposer un 1er mensonge : l’OTAN soutient DAESH, alors qu’elle prétend le combattre. Le 2ème mensonge est une prétendue distinction entre DAESH et des égorgeurs soi-disant modérés, qui constitueraient une prétendue opposition modérée à Bachar El-Assad. Ce 2ème mensonge n’est qu’une fable sinistre. Il est donc tout à fait clair que la guerre en Syrie est un affrontement quasi direct entre la Russie et la Chine, d’une part, et les USA, et les différents collabos et soustraitants des Américains.

Malheureusement, nous peuple Français, nous sommes dans le camp des collabos de l’Empire, à cause de toute la vermine sioniste, de Laurent Fabius à BHL, en passant par Nicolas Sarkozy, et à cause des collabos non-juifs, de François Hollande à Alain Juppé. Nous sommes contre notre gré dans le mauvais camp, celui des salauds et de l’Empire du Mal.

La Turquie, membre de l’OTAN, est un soustraitant de l’Empire et on a déjà vu qu’au lieu de frapper DAESH, elle a frappé les Kurdes qui combattent DAESH. Et on sait que la Turquie protège et soigne les jihadistes. En outre, c’est bien la Turquie qui jette à la figure de l’Europe des « migrants » par paquets de mille.

Israël est le deuxième centre de commandement de la caste oligarchique américano-sionisto-bankstériste, avec les USA. On sait qu’Israël soigne des jihadistes dans ses hôpitaux et a déjà abattu des avions syriens sur le territoire syrien, pour les empêcher de combattre DAESH. En outre, les vidéos d’égorgement de DAESH sont diffusées (et peut-être même filmées) par des officines israéliennes.

La guerre en Syrie va donc faire éclater au grand jour la fiction de l’islamo-terrorisme « spontané » et combattu par l’OTAN et les USA. De façon (faussement?) ingénue et presque comique, le site du journal Le Figaro écrit : « Le chef du Pentagone, Ashton Carter, a dit avoir ordonné à ses responsables militaires de rencontrer leurs homologues russes «dès que possible» pour examiner les moyens d’éviter que les deux camps entrent en conflit. » [non, sans rire?]

  1. Osons faire des prédictions

Il est proverbial que les prédictions sont difficiles, surtout quand elles concernent l’avenir.

On peut sans doute prédire sans grand risque que DAESH, le califat des mahbouls, créature chérie de l’OTAN, va être tôt ou tard détruit intégralement par l’intervention militaire sino-russe. Si ce monstre n’a pas été effacé de la surface de la Terre précédemment, c’est parce qu’on l’a bien laissé croître et empirer. Peut-être sera-t-il détruit avant la fin de l’année 2015, peut-être même bien avant. Comment 30 000 jihadistes pourraient-ils faire face à un ennemi déterminé et bien équipé ?

Il est difficile de croire que les USA et l’OTAN vont laisser leur créature se faire défoncer sans broncher. Il est probable que des accrochages plus ou moins sérieux auront lieu entre l’OTAN, protecteur de DAESH, et l’intervention sino-russe, venue le détruire. La Russie et la Chine sont venues faire la guerre. Il y aura certainement des morts, russes, chinois, américains, israéliens et turcs peut-être aussi.

  1. Un corridor à travers l’Arménie ?

Actuellement, la Russie n’a pas de connection terrestre ni avec l’Irak ni avec la Syrie. On peut se demander si un corridor terrestre passant par l’Arménie ne pourrait pas être ouvert. De toute façon, un siècle avec le génocide des Arméniens par la Turquie, il est certain que les Arméniens préfèrent les Russes aux Turcs. A noter que l’agence TASS a annoncé hier que l’union militaire dont font partie la Russie et l’Arménie fait actuellement des exercices de « maintien de la paix » [sic] en Arménie. Cela ressemble à des troupes prépositionnées pour intervenir plus loin, vers le sud.

En outre, on peut penser que l’accord autour du nucléaire iranien est un marché de dupes. Il est douteux que l’Iran puisse vraiment s’entendre avec le Grand Satan américain. Les USA ont sans doute voulu mettre en oeuvre leur stratégie d’encerclement de la Russie, en passant un accord avec l’Iran. Mais les Russes viennent de briser la manoeuvre d’encerclement en intervenant en Syrie. Pour les USA, c’est donc un échec stratégique majeur.

Les Iraniens, à savoir principalement des Perses, sont des cousins linguistiques des Slaves, un peu comme les Celtes vis-à-vis des Latins. Rappelons qu’en russe, Dieu se dit Bog, en fait un mot perse, qu’on retrouve aussi dans la capitale irakienne, dont le nom est persan : Bagh-dâd ‘donné par Dieu’. Il est certain que les shiites iraniens verront d’un oeil positif la fin des aventures coloniales américaines au Proche-Orient et qu’ils sont prêts à soutenir les shiites irakiens. Même si les shiites iraniens sont persans et les shiites irakiens sont arabes, ils ont en commun que les sunnites veulent les génocider. Voilà une motivation sérieuse pour s’entendre.

  1. La Turquie, grande perdante ?

A terme, si tout se passe au mieux pour la Syrie et la Russie, DAESH sera éliminé en Syrie et en Irak. La seule vraie question est de savoir combien de temps cela va prendre et quelles convulsions militaro-diplomatiques cela va provoquer.

Hormis avoir provoqué la mort d’un million et plus d’Irakiens et de Syriens et plusieurs millions de réfugiés, les aventures coloniales des USA au Proche-Orient commencées en 2001 s’acheminent vers un échec total.

On voit 3 grands gagnants : la Syrie, la Russie et l’Iran.

On voit 3 grands perdants : les USA et leur bras armé, l’OTAN, ainsi que la Turquie, qui va se retrouver dans une situation difficile, cernée, avec la Russie et la Chine à ses portes.

Plus tard, quand la situation en Syrie et en Irak sera clarifiée, on peut aussi penser que la Chine et la Russie coopéreront pour éliminer le foyer de pestilence américano-jihadiste en Afghanistan. Et, incidemment, l’Iran y a également intérêt. L’Empire américain aura alors été complètement décramponné du Proche et du Moyen Orient.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

27 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :