Militaires ukrainiens, lance-roquettes multiples Grad

Très importantes pertes humaines. Selon le rapport du chef de l’état major ukrainien, V. Mujenko, il y aurait, côté ukrainien, environ 80 morts et 70 blessés rien que pour l’offensive des 29 et 30 janvier.  Le régime de Kiev en perdition face au rapprochement Trump/Poutine, a repris ses cruelles offensives, les dizaines de morts des bombardements ne sauveront pourtant pas le régime.

La vidéo ci-dessous a été tournée le 29 janvier le jour des grosses attaques meurtrières du régime de Kiev. Une guerre, il y a trois ans encore impensable, est en pleine escalade, alors que Kiev n’a jamais honoré ses engagements des accords de Minsk.

Mais la donne est en train de changer avec l’arrivée de Trump et le rapprochement USA/Russie. Un dialogue que le parti des mondialistes et de la guerre aimerait voir échouer. Du coup, on ne sait plus si Berlin et Bruxelles soutiennent le conflit en sous-main tout en le condamnant officiellement. Selon le Suddeutsche Zeitung, les autorités allemandes auraient condamné l’agression ukrainienne dans le Donbass.

Le régime autoritaire de Porochenko s’affole, peut-être soutenu en sous-main par la bande du coup d’Etat de 2014 du Maïdan: les oligarques ukrainiens, les milliardaires cosmopolites des coups tordus: Soros, BHL.., les néocons de Washington: McCaïn, Clinton etc.

Dans ce conflit meurtrier entre chrétiens, Le pouvoir subversif de Kiev, au lieu d’engager un dialogue pour dégager une solution politique avec une population russophone qui s’est sentie méprisée par le coup d’Etat du Maïdan, a envoyé, dés 2014, ses troupes pour agresser chez elle une population civile, qui depuis ne fait que défendre sa terre, ses familles, sa vie.

La semaine dernière, l’armée ukrainienne a lancé une offensive sur le front nord-ouest qui va de l’aéroport de Donetsk à Avdeevka. L’armée ukrainienne a alterné le recours à l’artillerie, dont le calibre a augmenté avec le temps, et les actions au sol avec, notamment blindés et tanks. Il est difficile de dire si l’avancée fut concluante, les données sont contradictoires de part et d’autres. Mais elle semble avoir été repoussée.

Le pic de violence a été atteint dimanche. Vers 18h, l’armée a lancé un pilonnage massif de toute la ligne à l’artillerie lourde. Les combattants de la République de Donetsk ont répondu, faisant eux aussi monté les calibres. Finalement, les roquettes Grad et Uragan furent à nouveau utilisées

Suite au lancement de l’offensive par l’armée ukrainienne, Avdeevka est au bord de la crise humanitaire puisque les combattants de Donetsk ont finalement répondu [Ce que leur interdisaient les accords de Minsk], l’administration de la ville hésite à évacuer la population, qui se retrouve sans eau, électricité, chauffage. Dehors, il fait presque – 20°. Les écoles ont été fermées, les enfants passent à l’enseignement à distance dans les villes du front. Iacinovata, Gorlovka et Makeevka sont dans une situation très proche, en raison du pillonage ukrainien.

A Donetsk, une mine s’est retrouvée bloquée suite aux bombardements ukrainiens. 200 mineurs environ sont bloqués à l’intérieur, à midi, 92 d’entre eux ont été sauvés. (Lire la suite sur: Novorossia Today).

 Autre témoignage:

Cette pression offensive de Kiev qui concerne principalement les 5 secteurs de Debalsevo, Gorlovka, Yasinovataya, Dokuchaievsk et Shirokino (du Nord au Sud) s’effectue tant sur le plan militaire que diplomatique. En effet par des revendications territoriales de Kiev tente de légitimer les attaques de ses unités d’assaut, en agitant une carte du front de septembre 2014, méprisant celle qui a suivi lors des accords de “Minsk 2” réalisés en février 2015. 
 
Ces grignotages de la ligne de front par l’armée ukrainienne, obligeant même parfois des unités républicaines à céder du terrain, provoque une tension qui vient d’arriver à un point de rupture à Yasinovataya, autour du contrôle d’une station d’épuration d’eau. Ce combat engagé en début d’année a débouché le 29 janvier sur une journée complète de bombardements et de combats au Nord de Donetsk.
 
Je ne reviens pas ici sur les opérations militaires en elles-mêmes (voir article précédent) mais plutôt sur le contexte international dans lequel elles se déroulent, car malgré les combats violents du front du Donbass, la confrontation la plus importante est ailleurs, entre un impérialisme étasunien vacillant et une Russie renaissante… (Lire la suite: Erwan Castel, un Français qui vit à Donetsk)
Avec la real-politik de Trump qui devrait rapprocher les intérêts américains de ceux de la Russie, cette guerre fratricide devrait cesser et les accords de Minsk enfin appliqués devraient ramener la paix dans une Ukraine partagée, dévastée, en totale faillite. Mais les morts ne ressusciteront pas! Et l’Europe de l’Atlantique à l’Oural pleure ses morts, du moins s’il lui reste une conscience chrétienne.
emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :